Par CAS-INFO

Il aura tout tenté. En vain. Après plusieurs heures d’attente à la frontière de Kasumbalesa du côté de la Zambie, l’ancien gouverneur du Katanga a fini par rebrousser chemin, rapporte un journaliste du site Lushois Global info présent sur place.

La police a déclaré qu’elle attendait les autorisations de la hiérarchie avant de le laisser franchir la frontière, ont indiqué des proches de l’opposant à nos confères. L’entourage Moïse Katumbi assure toutefois que ce dernier n’irait pas loin et qu’i resterait tout prêt de la frontière pour tenter de revenir au pays et déposer sa candidature.

Quelques heures plutôt sur twitter, Moïse Katumbi n’a pas lui-même caché sa déception. « Le régime interdit mon atterrissage & barricade la frontière…Mon crime ? Vouloir entrer dans mon pays & déposer ma candidature. En tentant de me bloquer, on veut retirer aux Congolais leur droit à de vraies élections. Je me battrai ! Merci à l’immense foule ici à Kinshasa », a-t-il promis.

Contraint à l’exil depuis plus de deux ans, celui qui a dirigé le Katanga entre 2007 et 2015 ne peut plus y rentrer en homme libre.

Depuis Kinshasa, l’autre opposant Jean Pierre Bemba qui a lui, réussi à regagner le pays le mercredi 1er aout après son acquittement par la Cour pénale internationale, a lancé vendredi un appel à l’apaisement. « J’appelle les autorités à calmer le jeu, à laisser Moïse Katumbi rentrer au pays en homme libre », a déclaré Bemba. « M. Katumbi est un acteur important. Je pense qu’il ne faut exclure personne.”.