Par CAS-INFO

Moïse Katumbi n’entend pas en rester là. Dans une courte vidéo diffusée dimanche, au lendemain du refus des autorités de le laisser rentrer au pays, le candidat d’Ensemble promet de se « battre » par tous les moyens légaux.

« Je voulais traverser pacifiquement la frontière pour retourner chez nous pour participer aux élections. Je n’avais pas une armée. », rappelle l’opposant congolais qui souligne que ces élections ne devraient pas être « gâchées » pas un seul homme, « qui ne veut pas la paix, un homme qui ne veut pas de démocratie dans notre pays et veut choisir ses candidats », a-t-il déclaré.

Le candidat d’Ensemble poursuit en prévenant le chef de l’État que la loi existe et qu’il s’en saisira. « Kabila oublie qu’il y a notre constitution et il y a l’accord de la Saint Sylvestre. Je vais me battre. »

Et d’ajouter, combatif, « le temps est venu, nous ne laisserons pas un seul homme écraser tout un peuple. Nous sommes quatre-vingt millions de Congolais. ».

La Republique démocratique est à un plus de 4 mois avant les élections tant attendues du 23 décembre 2018. Longtemps plébiscité par plusieurs sondages vainqueurs de ce scrutin, Moïse Katumbi risque d’en être le grand absent. À trois jours de la fermeture de bureaux d’enregistrement de candidatures, son Regroupement politique, Ensemble promet de déposer son dossier dans les prochains jours.