Par Djodjo Vondi

Le Comité Laïc de Coordination (CLC) a adressé une correspondance au Secrétaire général de l’ONU, Antonio Guteress, lue par Cas-info ce lundi 18 mars, dans laquelle il déplore « l’application sélective et biaisée » de l’Accord de la Saint-Sylvestre. Et surtout, lance un ultimatum jusqu’au 30 avril pour la mise en œuvre effective et intégrale de toutes les mesures de décrispation politique.

Considérons « la date du 30 avril 2018 comme date ultime où toutes les mesures de décrispation politique doivent être mises en œuvre pour que les élections se déroulent dans la paix, la tranquillité et la transparence pour la légalité de chance à tous », peut-il être lue dans cette lettre datée du 10 mars.

Le CLC fait cependant savoir au Secrétaire général de l’ONU qu’il suspend ses appels à manifester jusqu’à l’expiration de cette date pour permettre à tous les acteurs de trouver une issue à cette crise.

 « Le Comité Laïc de Coordination porte à votre connaissance que, pour donner le temps nécessaire à tous les acteurs de la crise en RDC de trouver une solution autour des Nations-Unies et de l’Union Africaine, il sursoit jusqu’au 30 Avril 2018 ses actions d’envergure de protestation et de revendication », a fait savoir le CLC dans cette note.

Il promet d’intensifier les manifestations si ces mesures ne sont pas respectées au terme de cette date butoir.