Par Grevisse Tekilazaya 

C’était une délégation qui a rencontré, mardi 9 janvier à Brazzaville, Denis Sassou Nguessou, président en exercice de la CIRGl.  L’accord de la saint sylvestre était au cœur de la rencontre. Ce choix  de l’interlocuteur, expliquent les prélats catholiques, se justifie également au regard de la fonction exercée par le président Denis Sassou qui est chargé du suivi de mécanisme de paix et sécurité dans la région.

Au sortir des échanges, le secrétaire de la CENCO, Monsieur l’abée Donatien, s’est livré à la presse. Il a par ailleurs souligné l’importance de ladite rencontre qui, d’après les évêques, pourrait faciliter davantage la sortie de la crise à laquelle est plongée la RDC.

En de termes claires, l’abbé Donatien a fait part de leurs convictions au président de la Sassou, à savoir « la mise en oeuvre complète de l’accord ».  » Le frère ami et voisin de la RDC peut apporter quelque chose dans la perspective de satisfaire les aspirations du peuple congolais », rapporte ce prélat catholique.   

Sujet à forte controverse au sein de la classe politique congolaise, la mise en oeuvre de l’accord du 31 décembre est toujours perçue de différentes manières.  Dans un contexte de crise que traverse la RDC, pour les évêques, la seule voie de sortie serait la mise en oeuvre de l’accord.