Par CAS-INFO

Le président de la CENI s’est rendu lundi à Acrra, au Ghana, pour un « échange d’expériences dans la prévention et la gestion des conflits électoraux« , annonce un communiqué de son institution.

Alors qu’à Kinshasa l’Église Catholique a fait face à des nouvelles violences des forces de sécurité qui ont réprimé les marches du Comité laïc de coordination, Corneille Nangaa et sa délégation ont commencé leur visite dans la capitale ghanéenne par la Conférence épiscopale du pays. Les événements du 21 janvier se sont forcément invités à leurs discussions.

Ainsi, Mgr Philip Naamey, Vice-Président de la Conférence des Evêques du Ghana, a déclaré avoir suivi avec grand intérêt et tristesse les derniers événements qui ont eu lieu en RDC ces derniers jours.

« Au nom de la conférence des évêques du Ghana, j’exprime ma solidarité avec vous et tout le peuple congolais qui traverse actuellement des moments durs. », a déclaré le prélat, dans sa prière.

Présent en RDC, dans le cadre de la Monusco, le Ghana participe également au processus électoral avec un appui technique accordé la Centrale électorale. De quoi justifier le choix de la CENI et du Comité de médiation et d’intégrité électoral qui l’accompagne de commencer par l’un des rares pays du continent à jouir de la stabilité politique. A travers notamment l’alternance à la tête de l’Etat qui se passe sans heurts.

« Nous sommes venus échanger, mais plus apprendre du Ghana qui est un exemple de transition démocratique pacifique », a d’ailleurs expliqué Corneille Nangaa aux membres de l’Eglise Catholique du Ghana.