Par P. Ndongo        

Ce mardi 17 juillet 2018, la Cour Pénale Internationale souffle sur sa vingtième bougie. En effet, c’est le 17 juillet 1998 que les Etats membres de l’ONU ont signé le statut de Rome ordonnant la création de cet appareil juridique pour 2002 dans le but de juger les personnes accusées de crime de guerre, de génocide, de crime contre l’humanité etc.

En deux décennies, quel bilan peut-on établir de l’existence de cette Cour ? D’après Martin Ziakwau, Internationaliste et Enseignant à l’Institut Facultaire des Sciences de l’Information et Communication (IFASIC), joint par CAS-INFO, le bilan de la CPI s’exprime dans le sens de sa décrédibilisation, car elle peine à conforter la pertinence de son existence.

« Vingt après la cour peine à conforter la pertinence de son existence dans un espace international qui laisse très peu d’espace à l’angélisme du droit. Force est de constater que le bilan s’exprime dans le sens de la décrédibilisation de cet outil juridique dans un monde caractérisé par l’anarchie faute d’une autorité suprême consacrée comme telle pour régenter les affaires mondiales », a-t-il déclaré.

Pour ce spécialiste des relations internationales, le procès de Jean Pierre Bemba est l’exemple parfait pouvant remettre en cause le professionnalisme des juges de cette institution de la Haye (Pays-Bas).

«Il a fallu dix ans d’instructions pour que l’ex-Vice Président Jean Pierre Bemba soit condamné en première instance. Par contre, en appel, il a fallu huit mois d’instructions pour que les juges l’acquittent totalement en dénonçant des erreurs graves et sérieuses qui ont été à la base de la condamnation en première instance. Comment peut-on croire au professionnalisme des juges? », s’est interrogé Martin Ziakwau.

D’après lui, la CPI ne relève nullement de la neutralité et est exposée à la pression des Etats ainsi que des acteurs qui ne sont pas de l’ordre souverain.

Cependant, à ce jour, cette cour a délivré 32 mandats d’arrêts avec la coopération des Etats, 9 citations à comparaitre qui ont été respectées et les juges ont rendu 6 verdicts dont 8 condamnations et 2 acquittements.