Par Tony-Antoine

Alors que dans l’espace Kasaï plus de 400 mille enfants sont menacés de mort par la famine, l’est de la RDC revient sur le devant de la scène avec de nouveaux chiffres avancés par l’Unicef ce jeudi 25 janvier dans un communiqué de presse : « plus de 800 mille enfants ont été déplacées, 3000  ont  été recrutés par des milices et des groupes armés… » Au cours de l’année 2017 dans les provinces du Sud-Kivu et de Tanganyika. Cette agence de nations unies qualifie la situation de « l’une des pires crises de déplacement des enfants au monde ».

« Les enfants de l’est de la RDC continuent de subir les conséquences dévastatrices de ces vagues de violences qui déstabilisent la région, s’est ému un de représentants de l’Unicef en RDC, Tajudeen Oyewale, des centaines de milliers d’enfants dans la région n’ont plus accès aux soins de santé et à l’éducation, assène-t-il, beaucoup d’entre eux ont été victimes de violences extrêmes ». Une situation occasionnée par des affrontements entre les Forces armées congolaises et les dizaines de groupes armés qui opèrent dans la région ; mais également par des violences interethniques.

Cette crise sécuritaire de l’est du Congo date d’il y a plus de 20 ans. Combinée à celle plus récente de l’espace Kasaï, elles font de la RDC une des missions humanitaires les plus couteuses au monde.