« Qui confirme l’information ? » À Kinshasa, Mbuji-Mayi ou encore à Kananga, personne ne veut croire. « Je ne crois pas, j’espère que c’est une fausse information ». Sur Facebook, Papy, un sympathisant d’Étienne Tshisekedi est incrédule.

Mais comme ont pu, vite, se rendre à l’évidence la majorité des Congolais, la mauvaise nouvelle est belle et bien là. Et elle est terrible. « Le président Étienne Tshisekedi Wa Mulumba est mort ce mercredi 1er Février 2016 vers 17h 22 à l’hôpital Sainte Elisabeth à Bruxelles », a ainsi confirmé, dans la soirée, un communiqué de l’UDPS qui a douché les derniers espoirs.

Il est allé au bout de sa lutte sans rien céder ni concéder 

Mais très vite, dans les rues de Kinshasa, à Limete, le fief de l’opposant historique, et sur la toile, hommages et tristesse se sont bousculés. « La douleur est forte », écrit Antoine. Pitshou, lui, a déjà remplacé sa photo de profil de Facebook par celle d’un Tshisekedi de blanc vêtu et tout sourire, suivi de ce message : « J’ai cru en ton combat pacifique pour l’avènement de la démocratie dans mon pays ».

Du combat politique du lider maximo il en sera question dans les jours et les prochaines semaines, voire tout au long de l’histoire future de la RDC. Car, comme l’a rappelé, et avec raison, le député UNC Sam Bokolombe, le « Sphinx » de Limete aura marqué de son nom la vie politique du pays. Lui qui a combattu la dictature de Mobutu, défié le régime militaire de Kabila père et qui tentait, encore, du haut de ses 84 ans, de barrer la route au projet de maintien au pouvoir de Kabila fils. « Il est allé au bout de sa lutte sans rien céder ni concéder », lance le député.

Étienne Tshisekedi ne va pas manquer à sa famille, mais à toute la nation.