Par CAS-INFO

L’opposant congolais Moïse Katumbi retournera dans son pays avant la fin de l’année. C’est en tout cas ce qu’affirme son porte-parole. « Je peux l’affirmer, il rentrera avant le 31 décembre de cette année », a déclaré Olivier Kamitatu Jeudi sur Africa 24.

Contraint à l’exil depuis Juin 2016 dans la foulée d’un procès devant la justice congolaise, qui a abouti à sa condamnation à 3 ans de prison, l’ex gouverneur du Katanga, présenté comme principal adversaire du chef de l’État Joseph Kabila, n’en finit pas de promettre « son » retour « imminent ».

« Je suis en train de préparer mon retour, c’est un devoir pour moi d’aller sauver un peuple qui est en train de souffrir », a répété le candidat du G7 à la présidentielle sur France 24 le 26 septembre dernier tout en accusant le Pouvoir de chercher son « élimination physique ».

Il faut dire que toutes les tentatives pour obtenir le retour de celui qui se voit bien porter les couleurs de l’opposition aux prochaines élections se sont avérées infructueuses. C’est le cas de la recommandation du comité des droits de l’homme de l’ONU en juin dernier aux autorités congolaises, de faciliter ce come-back et sa participation aux élections en homme libre, restée lettre morte.

L’un des cas emblématiques, bénéficiaires des mesures de décrispation issues de l’accord de la Saint Sylvestre, Moise Katumbi attend indéfiniment l’application de ce compromis. Mêmes les appels à répétition de l’ensemble de la communauté internationale n’ont rien pu faire pour « décrisper » la situation.

Moïse Katumbi a-t-il alors décidé de carrément prendre le risque ? « Il va rentrer dans son pays et s’associer à toutes les actions pour faire entendre raison à monsieur Joseph Kabila », assure Olivier Kamitatu.