Par CAS-INFO

La candidature de la RDC au conseil des droits de l’homme de l’ONU continue d’alimenter les débats tant au niveau national qu’international. De ci et là des réactions abondent. Après les récentes manifestations des 157 organisations congolaise, Louis Charbonneau, directeur de l’ONU a  déclaré à Human Rights Watch que  « Accepter la candidature du Congo porterait atteinte aux principes fondateurs et à la crédibilité du principal organe des droits de l’ONU et à sa capacité à promouvoir le respect des droits de l’homme ».

En effet, quatre postes sont réservés au conseil de sécurité de l’Onu pour les pays de l’Afrique. Les candidatures sont celles de l’Angola,  la RDC, le Sénégal et le Nigéria.  Plus d’opposition est constatée au regard de la RDC.  La raison  est, selon ce cadre de l’Onu,  les violations des droits de l’homme et du manque de coopération avec les mécanismes des Nations Unies.

C’est ce lundi 16 octobre à New York que les élections annuelles pour les 47 sièges du Conseil des droits de l’homme se tiendront à l’Assemblée générale des Nations Unies. Pour le directeur Louis Charbonneau, la candidature de la RDC « Ce serait aussi un grave affront aux innombrables victimes des abus du gouvernement et au travail de courageux militants congolais ».

Au regard de tous ces faits relevés par les organisations internationales et nationales, la RDC perd lentement, mais surement ses chances de siéger en tant  que membres au conseil des droits de l’homme.