Par CAS-INFO

Lisanga Bonganga, à la barre. Le ministre d’État en charge des relations avec le Parlement est appelé à comparaitre le vendredi 13 juillet prochain. A indiqué une lettre de convocation de la Haute Cour militaire adressée lundi au président de la Coalition des Alliés de Tshisekedi (CAT). En cause, un vieux dossier de coup d’État manqué remontant à 1975 et pour lequel le ministre doit être entendu à titre de renseignant.

J’ai notifié à Monsieur le ministre Lisanga Bonganga, écrit le greffier de la Haute Cour militaire, le Colonel Philipe Nkiama, « que suite à la requête en révision de l’Auditeur Général, contre le jugement du Conseil de Guerre général rendu le 1er Septembre 1975, dans la cause Ministère Public contre le Colonel Omba et consorts, poursuivis pour coup d’État monté et manqué, à comparaitre à titre de renseignant. », peut-on lire dans ce document dont s’est procuré CAS-INFO. 

Au moment des faits, Lisanga Bonganga agit alors en tant que membre de la Commission des assassinats et des violations des droits de l’Homme de la Conférence nationale et est donc invité, à ce titre, devant le tribunal militaire de Kinshasa, comme le précise la notification.

Membre du Gouvernement Tshibala après avoir fait défection de son partenariat avec le Rassemblement, cette procédure contre Lisanga Bonganga a de quoi étonner. Elle intervient toutefois après le refus du Président de la CAT d’adhérer au Front Commun pour le Congo, FCC, la toute nouvelle plateforme électorale du Président Joseph Kabila.