La version de votre navigateur est obsolète. Nous vous recommandons vivement d'actualiser votre navigateur vers la dernière version.

Centre d'Analyse et de Stratégies

Bureau d'études et de recherche sur la RDC et l'Afrique

CAS-INFO

Site d'information, d’enquête et analyse dépendant de CAS


 

Vital Kamerhe, pourquoi, il «rechoisit»Joseph   Kabila

Fin Août, l'ancien président de l'Assemblée rompt avec les forces de l'opposition et rallie le dialogue de la Cité de l'Union Africaine. 

25 Août 2016 | Par Yvon Muya 


 


POLITIQUE

Tshisekedi et le Rassemblement au groupe de soutien : « Kodjo doit partir »

4 Août 2016 |Par la Rédaction

Étienne Tshisekedi à l'issue de la réunion avec le groupe de soutien en sa résidence de Limete, le jeudi 4 Août 2016. Étienne Tshisekedi à l'issue de la réunion avec le groupe de soutien en sa résidence de Limete, le jeudi 4 Août 2016.

Le blocage. C'est le mot qui résume une journée d'intense activité diplomatique à Kinshasa où un dialogue politique peine toujours à se mettre en place. Après avoir échanger avec le facilitateur de ces pourparlers tant attendus, le groupe de soutien à la facilitation international a rencontré pendant plus de deux heures le leaders de l'UDPS entourés des membres du Rassemblement.

Et la position de l'opposition ne bouge pas. Elle exige toujours le remplacement d'Edem Kodjo. Mais aussi, l'association du panel d'Experts à la facilitation. Par ailleurs, le Rassemblement a affirmé avoir remis à ses hôtes une liste actualisée des prisonniers politiques. Une qui reprend les noms d'Eugene Diomi Ndongala, Christopher Ngoy, les militants des filimbi, la Lucha ou encore, les membres de l'UNAFEC de Kyungu Wa Kumwanza arrêtés ces derniers jours. 

 

Créer les conditions propices au dialogue

Dans la journée, le représentant de l'Union européenne Koen Vervaeke a justement appelé les autorités congolaise à aller plus loin dans les mesures d'apaisement en liberant les détenus politiques, « parce que c’est un élément important qui peut contribuer à créer des conditions propices au dialogue ».

La Majorité Présidentielle s'entretiendra vendredi avec le Panel. Mais pour Emmanuel Shadari, président du groupe PPRD à l'Assemblée Nationale qui s'est confié à CAS-INFO, la question d'Edem Kodjo ne les concerne pas, car nommé par l'Union Africaine. « Si on nomme quelqu’un d’autres, nous aussi, on va le récuser. Qui va perdre ? Nous irons de glissement en glissement ». Le ton est donné.

Partager via

sur le même sujet

Lire également