La version de votre navigateur est obsolète. Nous vous recommandons vivement d'actualiser votre navigateur vers la dernière version.

Centre d'Analyse et de Stratégies

Bureau d'études et de recherche sur la RDC et l'Afrique

CAS-INFO

Site d'information, d’enquête et analyse dépendant de CAS


 

Vital Kamerhe, pourquoi, il «rechoisit»Joseph   Kabila

Fin Août, l'ancien président de l'Assemblée rompt avec les forces de l'opposition et rallie le dialogue de la Cité de l'Union Africaine. 

25 Août 2016 | Par Yvon Muya 


 


Samy Badibanga : « mon gouvernement aura besoin du Rassemblement »

Samy Badibanga, Premier ministre de la RDC présentant son gouvernement devant l'Assembleé nationaleSamy Badibanga, Premier ministre de la RDC présentant son gouvernement devant l'Assembleé nationale

22 décembre | Par Pitshou Mulumba

 

Le nouveau Premier ministre du gouvernement d'union nationale en République Démocratique du Congo aura besoin du «Rassemblement». Méfiez-vous du mot. Samy Badibanga ne parlait pas de la coalition de l'opposition qui discute encore à la Cenco de la suite à donner à la crise politique. Mais bien du rassemblement du pays « pour avancer vers les élections ».

Le chef du gouvernement issu de l'Accord du 18 octobre a présenté son programme jeudi devant l’Assemblée nationale. Et il s'est voulu rassurant  dès l'entame, à propos des prochaines élections.

«L'organisation des élections est "notre raison d'être en tant qu’exécutif à ce moment de notre histoire», a-t-il rappelé en promettant de tout mettre en œuvre pour respecter les échéances fixées dans l'Accord du dialogue de la Cité de l'Union africaine.

Mais le Premier ministre le sait, avec une enveloppe budgétaire de moins de 5 milliards de dollars lui laissée par Matata Ponyo et une Commission électorale nationale indépendante trop gourmande qui demande plus d'1 Milliards de dollars pour les futures élections, ses marges de manœuvres sont limitées. Il a, pour autant, assuré qu'il mobilisera les ressources nationales et ira chercher l'appui des partenaires internationaux pour atteindre ses objectifs.

«Pas de liberté sans sécurité et ordre public»

Au lendemain de la répression des manifestants hostiles au chef de l'État Joseph Kabila arrivé fin mandat et dont l'opposition continue à contester la légitimité, Samy Badibanga a indiqué que les droits de l'Homme, la liberté d'expression et d'opinion seront au cœur de l'action du gouvernement. Même s'il n'a pas évoqué le cas du député de l'opposition Franck Diongo tabassé le mardi 20 décembre par les forces de sécurité et que les rumeurs ont même donné pour mort (rumeurs depuis, démenties).

Pas un mot, mais une mise en garde : « Il n'y a pas de liberté possible sans sécurité et ordre public et que la justice doit protéger les forts et les faibles», at-il souligné. Un message d'équilibriste à l'endroit, à la fois de la Majorité et de ses anciens camarades de l'opposition.

Pour reste, le Premier ministre a annoncé quelques cadeaux. La gratuité de l'école pour les plus petits. Gratuité également en faveur des femmes pour les accouchements, mais aussi le renforcement des capacités des forces armées et de la police en proie à l'insécurité causée par les groupes armées dans l'Est du pays.

Un programme axé sur 5 ans pour un gouvernement dont la durée devrait normalement s’arrêter à Avril 2018. De quoi ajouter la confusion au soupçon déjà trop lourd sur la volonté des autorités de maintenir au pouvoir. 

Lire également