La version de votre navigateur est obsolète. Nous vous recommandons vivement d'actualiser votre navigateur vers la dernière version.

Centre d'Analyse et de Stratégies

Bureau d'études et de recherche sur la RDC et l'Afrique

CAS-INFO

Site d'information, d’enquête et analyse dépendant de CAS


 

Vital Kamerhe, pourquoi, il «rechoisit»Joseph   Kabila

Fin Août, l'ancien président de l'Assemblée rompt avec les forces de l'opposition et rallie le dialogue de la Cité de l'Union Africaine. 

25 Août 2016 | Par Yvon Muya 


 


POLITIQUE

Report de la présidentielle : Corneille Nangaa affirme avoir la corde au cou

8 Août 2016 |Par la Rédaction

 

Le président de la CENI Corneille Nangaa présentant la carte du premier électeur enregistré dans le Nord Ubangi, le 31 juillet 2016. Le président de la CENI Corneille Nangaa présentant la carte du premier électeur enregistré dans le Nord Ubangi, le 31 juillet 2016.

Le chef de l’État a affirmé jeudi dernier que les élections seront organisées lorsque le fichier électoral sera fin prêt. Le président de la CENI a confirmé ce lundi cet irréversible report du scrutin. Au cours d’un atelier de présentation et de démonstration des Kits électoraux avec les leaders et organisations de la société civile, Corneille Nangaa a annoncé la fin de la révision du fichier électoral pour la fin 2017.

« Ce délai met une corde au cou de la CENI mais toutes les étapes sont nécessaires pour la bonne tenue des élections. » s’est expliqué le président de la Centrale électorale. C’est une affaire de précision et non de tâtonnement, a-t-il encore précisé.  

La possibilité, désormais, évidente que les élections ne se tiennent pas en Novembre tel que le prévoit la constitution fait craindre le durcissement de ton entre les acteurs de la crise dans le pays.

La Dynamique de l’opposition a accusé le chef de l’État, dimanche, d’instrumentaliser la CENI. La réponse du pouvoir est venue de Kin-Mulumba en fin d’après-midi. « Le chef de l’État a rencontré la préoccupation de l’opposition qui mourait d'envie de l'entendre parler du reste du processus électoral et sur son sort après 2016 », a ironisé le ministre en charge des relations avec le parlement.

Partager via un média social

Lire également