La version de votre navigateur est obsolète. Nous vous recommandons vivement d'actualiser votre navigateur vers la dernière version.

Centre d'Analyse et de Stratégies

Bureau d'études et de recherche sur la RDC et l'Afrique

CAS-INFO

Site d'information, d’enquête et analyse dépendant de CAS


 

Vital Kamerhe, pourquoi, il «rechoisit»Joseph   Kabila

Fin Août, l'ancien président de l'Assemblée rompt avec les forces de l'opposition et rallie le dialogue de la Cité de l'Union Africaine. 

25 Août 2016 | Par Yvon Muya 


 


RDC | Sécurité | Beni

RDC : les élus de Beni demanderont aux membres du Conseil de sécurité une opération genre « Artémis »

L'armée française avait composé en grande partie la force Artémis en Ituri en 2013. Ici, des troupes françaises en RCA (Photo d'illustrations). L'armée française avait composé en grande partie la force Artémis en Ituri en 2013. Ici, des troupes françaises en RCA (Photo d'illustrations).

12 novembre 2016 | Par Jonathan Kombi

 

C'est l'une des étapes les plus importantes de la mission du Conseil de sécurité en République Démocratique du Congo. Les diplomates onusiens sont attendus dimanche À Goma, puis à Beni au Nord Kivu.

Sur place, la société civile, mais aussi les élus provinciaux s'activent. « Il y a urgence. Il faut envisager une force spéciale du genre Artémis pour mettre fin à l'activisme des ADF », a plaidé le député provincial Jaribu Muliwavyo à l'issue du Conseil provincial présidé samedi par le gouverneur Julien Paluku. Il a également appelé à la justice internationale pour juger les auteurs des massacres des civiles à Beni.

Écoutez le député Jaribu Muliwavyo

Faire cesser les massacres comme en Ituri

Déployée en 2003 à la suite d'une résolution du Conseil de sécurité des Nations unies, la force Artémis s'était employée à stabiliser la sécurité et à améliorer les conditions humanitaires dans une région où s'affrontaient des milices diverses. Il s'agissait ainsi d'une première opération militaire à agir en vertu du chapitre 7 de la charte des Nations-unies. C'est à dire qu'elle pouvait faire usage de la force pour protéger les populations civiles.

Pour l’instant, à Beni, la présence des casques bleus ne suffit pas. Les patrouilles mixtes Fardc - Monusco n'arrivent pas non plus à endiguer les massacres. Le 14 Août dernier plusieurs dizaines des populations ont été tuées à Rwangoma. Des assassinats qui se sont poursuivis en petits groupes il y a encore quelques jours sur le territoire meurtri du Nord Kivu.

Lire également