La version de votre navigateur est obsolète. Nous vous recommandons vivement d'actualiser votre navigateur vers la dernière version.

Centre d'Analyse et de Stratégies

Bureau d'études et de recherche sur la RDC et l'Afrique

CAS-INFO

Site d'information, d’enquête et analyse dépendant de CAS


 

Vital Kamerhe, pourquoi, il «rechoisit»Joseph   Kabila

Fin Août, l'ancien président de l'Assemblée rompt avec les forces de l'opposition et rallie le dialogue de la Cité de l'Union Africaine. 

25 Août 2016 | Par Yvon Muya 


 


RDC | POLITIQUE | 19 DÉCEMBRE

RDC : les chancelleries occidentales déconseillent le voyage à Kinshasa

Des manifestants dans les rue de Kinshasa le 19 septembre 2016. Des manifestants dans les rue de Kinshasa le 19 septembre 2016.

05 Décembre 2016 | Par Yvon Muya

 

À l'approche de la date fatidique du 19 décembre en République Démocratique du Congo, le mouvement au sein des ambassades n'a pas de quoi rassurer les Congolais. Après les États-unis, c'est autour de la Belgique de déconseiller ses ressortissants les voyages non essentiels en RDC.

«Au vu des tensions politiques et des risques de nouvelles manifestations d'ici la fin de l'année en République Démocratique du Congo (RDC), l'avis de voyage du SPF Affaires étrangères, à titre de précaution, recommande désormais de reporter tout voyage non essentiel vers la RDC», a indiqué un communiqué du ministère des Affaires étrangères lundi. 

En première ligne, avec les États-unis qui ont déjà lancé le même appel samedi aux citoyens Américains vivant à Kinshasa ou souhaitant y séjourner, la Belgique exerce la pression sur les autorités de congolaises afin d'obtenir l'organisation de la présidentielle en 2017. 

Sur le site du gouvernement Canadien, les Affaires mondiales recommandent d'éviter tout voyage en RDC en raison du contexte politique et sécuritaire actuel, «notamment à l’approche de la date de passation de pouvoir du 20 décembre selon la constitution congolaise», précise Ottawa, tout en prévenant qu'il y aura de moins en moins de vols en partance de Kinshasa.

Le 19 décembre marque la fin constitutionnelle du mandat du chef de l'État Joseph Kabila. Mais faute d'élections, le président devra rester en fonction. Un Accord politique conclu à l'issu du dialogue national boycotté par les principaux partis de l'opposition reporte la présidentielle à Avril 2018.

Les pourparlers entamés par l'église catholique à l'initiative du chef de l'État pour trouver un compris entre le Rassemblement et le pouvoir ont échoué, selon la Majorité présidentielle. Beaucoup craignent désormais que les deux camps s'affrontent dans la rue.

Le 19 septembre, des manifestations organisées contre la non tenue des élections s’étaient soldées par la mort d'une cinquantaine de personnes. Alors que des Mouvement pro démocratie on lancé une campagne dénommée "Bye Bye Joseph Kabila, la communauté internationale redoute beaucoup de violence et des victimes.

 

Lire également