La version de votre navigateur est obsolète. Nous vous recommandons vivement d'actualiser votre navigateur vers la dernière version.

Centre d'Analyse et de Stratégies

Bureau d'études et de recherche sur la RDC et l'Afrique

CAS-INFO

Site d'information, d’enquête et analyse dépendant de CAS


 

Vital Kamerhe, pourquoi, il «rechoisit»Joseph   Kabila

Fin Août, l'ancien président de l'Assemblée rompt avec les forces de l'opposition et rallie le dialogue de la Cité de l'Union Africaine. 

25 Août 2016 | Par Yvon Muya 


 


RDC : les airs de campagne dans le camp de Joseph Kabila

Aubin Minaku, secrétaire général de la Majorité présidentielle et président de l'assemblée nationale. Aubin Minaku, secrétaire général de la Majorité présidentielle et président de l'assemblée nationale.

09 Janvier 2017 | Par CAS-INFO

Du côté du pouvoir congolais, on ne change pas la stratégie qui gagne. Au plus fort de la crise qui a précédé la date fatidique du 19 décembre 2016, Joseph Kabila prônait le dialogue tout en réservant une réponse musclée face à la contestation. Le talk and fight, selon un observateur de la vie politique congolaise, que la Majorité présidentielle continue à utiliser dans cette phase des grandes manoeuvres politiques.

Dans le chapiteau de l'hôtel Pullman, lundi, il fallait être le premier pour trouver une place assise au moment où le secrétaire général de la MP Aubin Minaku lançait officiellement la «Centrale électorale de la Majorité présidentielle ». Une machine électorale ayant pour objectif de « gagner tous les scrutins », prévient le porte parle du gouvernement Lambert.

En plein débat sur la mise en oeuvre de l'accord de la Saint Sylvestre conclu le 31 décembre sous l'égide de l'église catholique et dont la Majorité conditionne l'application à l'inclusivité, les poulins de Joseph Kabila déplacent le débat sur le terrain électoral et veulent prendre de l'avance. « Dés à présent, il est impérieux que la Majorité présidentielle se mette en ordre de bataille de manière a pouvoir rafler toute la mise de la base au sommet », a martelé le président de l'Assemblée nationale tout en vantant le meilleur projet de  société encore crédible. celui de Joseph Kabila.

Pas toujours de candidat pour succéder à Joseph Kabila 

Manoeuvre dilatoire pour continuer à brouiller les pistes, alors que le maintien du chef de l'Etat au delà de ses deux mandats constitutionnels n'est pas encore réglé ou véritable mobilisation en vue des prochaines élections ? En tout cas, il y a avait au premier rang la députée et soeur jumelle du président de la république Jaynet Kabila, son jeune frère Zoé ou encore les différents ténors du parti au pouvoir, mais pas Joseph Kabila lui même.

Pour autant la question du «dauphin» s'est posée. Mais avec une réponse bottant en touche d'Aubin Minaku, un temps cité lui même sur la short list des successeurs : «La Majorité présidentielle présentera des candidats à tous les niveaux, de la base au sommet, y compris à la présidentielle », a-t-il esquivé. 

Retour dans l'accord 

Le temps de la candidature viendra certainement. Pour l'instant, la Majorité continue à alterner stratégie électorale et dialogue. Au point d'affaiblir les Alliés des dernières minutes, à savoir, le groupe de Samy Badibanga, l'actuel Premier ministre qui continue toujours de refuser de signer l'accord de la Cenco. Pourtant, la Majorité qui s'est longtemps accroché à ce refus pour bloquer le Rassemblement s'est résolu à déposer en fin de journée ses propositions de l'«arrangement particulier».

Un premier ministre rassembleur, un gouvernement d'une soixantaine des ministres et trois vice présidents pour accompagner Etienne Tshisekedi au Conseil nationale de suivi de l'accord. Des propositions qui ont clôturé une journée durant laquelle la MP a donné l'impression d'être déjà en campagne avant l'heure. 

Lire également