La version de votre navigateur est obsolète. Nous vous recommandons vivement d'actualiser votre navigateur vers la dernière version.

Centre d'Analyse et de Stratégies

Bureau d'études et de recherche sur la RDC et l'Afrique

CAS-INFO

Site d'information, d’enquête et analyse dépendant de CAS


 

Vital Kamerhe, pourquoi, il «rechoisit»Joseph   Kabila

Fin Août, l'ancien président de l'Assemblée rompt avec les forces de l'opposition et rallie le dialogue de la Cité de l'Union Africaine. 

25 Août 2016 | Par Yvon Muya 


 


RDC : le gouvernement retire les policiers commis à la sécurité de Ntumba Luaba

Ntumba Luaba, ancien minstre des drits humais et ancien représentant de la RDC à la CEPGLNtumba Luaba, ancien minstre des drits humais et ancien représentant de la RDC à la CEPGL

2 Novembre 2016 | Par CAS-INFO

 

C'est l'ancien ministre qui l'annonce lui même. Dans un message posté sur son compte Facebook, le professeur Alphonse Ntumba Luaba affirme qu'il n'a plus de garde du corps. « Une jeep de police avec des éléments bien armés est venue retirer ma garde policière ce matin à 11 heures », peut-on lire dans ce document.

Difficile de ne pas voir dans cette décision la réponse des autorités au récemment positionnement de celui qui vient tout juste de terminer son mandat à le tête de la Communauté des pays des grands lacs. Figure de marque du régime Kabila, Ntumba Luaba a renversé la table la semaine dernière en prenant ses distance avec le chef de l'État Joseph Kabila à qui il appelle à resoecter la constitution. un appel qu'il réitère même sans garde du corps.

«J'ai toujours servi la nation (...) J'ai les mains propres et seuls les princes et valeurs me guident, le respect de l'État de droit et de la constitution», plaide l'ex ministre. 

Professeur de droit international public, Ntumba Luaba en profite pour rappeler le Protocole sur la démocratie et l'État de droit de la CIRGL qui stipule écrit-il, « les élections, à tous les niveaux, doivent se dérouler aux dates et périodes fixées par la constitution ou les lois électorales et suffisamment à temps pour que l'ensemble du processus électoral, y compris le règlement du contentieux soient épuisés avant la fin du mandat ».

Des mots assez clairs pour un homme qui aura été de tous les fronts pour le pouvoir de Kinshasa. Ministre, il est surtout pour la majorité des congolais le premier responsable politique en fonction à être pris en otage par un groupe armé lorsqu'il retenu en 2002 en Ituri par la milice de Thomas Lubanga.

Représentant de la RDC dans la région des grands lacs depuis de longues années, Ntumba Luaba veut tourner la page.

« Si quelqu'un a un dossier sur moi ou contre moi qu'il en parle », prévient-il. Le divorcé est définitivement consommé. 

Lire également