La version de votre navigateur est obsolète. Nous vous recommandons vivement d'actualiser votre navigateur vers la dernière version.

Centre d'Analyse et de Stratégies

Bureau d'études et de recherche sur la RDC et l'Afrique

CAS-INFO

Site d'information, d’enquête et analyse dépendant de CAS


 

Vital Kamerhe, pourquoi, il «rechoisit»Joseph   Kabila

Fin Août, l'ancien président de l'Assemblée rompt avec les forces de l'opposition et rallie le dialogue de la Cité de l'Union Africaine. 

25 Août 2016 | Par Yvon Muya 


 


POLITIQUE

RDC : la majorité fait le stade plein et rassure que Kabila respectera la constitution

29 juillet 2016 | Par Pitshou Mulumba à Kinshasa

Les partisans de la MP rassemblés au stade Tata Raphael, le 29 juillet 2016.Les partisans de la MP rassemblés au stade Tata Raphael, le 29 juillet 2016.

Coup pour coup. Dès 9heures, le ministre des relations avec le parlement Kin-Kiey Mulumba, provocateur en chef de la Majorité avait déjà lancé le match sur les réseaux sociaux. « La Majorité présidentielle s'apprête à asséner un coup ce jour au Stade ». Plusieurs milliers des partisans de la MP avaient en effet pris d’assaut le stade Tata Raphael, le deuxième de la capitale, 35 milles places. Ils étaient plus 50 mille, ont revendiqué les organisateurs.

« Si Kabila dit A, nous répondrons A. Il a ordonné qu’on descende ici, et voilà le stade est plein », a savouré le secrétaire Général de la MP. Aubin Minaku a appelé la population à se ranger derrière le chef de l’État, à se préparer à l’enrôlement en vue des prochaines élections.

À ses côtés, tous les partis politiques membres de la majorité au pouvoir. Le PPRD, Le PALU, l’AFDC et les autres. Ils ont réaffirmé leur attachement au président de la république. C’est lui qui a ramené la démocratie dans notre pays, ont-ils répété. « A wumela ! », « qu’il continue encore », répondaient les militants qui avaient envahi le stade des banderoles sur lesquelles on pouvait lire : « rien ne se fera sans Kabila ni contre Kabila. Mais avec Kabila ».

Peut-être un changement de ton du côté de la majorité qui ne tiendrait plus coûte que coûte à un maintien au pouvoir, par la force, du chef de l’État qui termine son deuxième et dernier mandat à la fin de l’année. S’achemine-t-on à une sortie négociée ?

Et à ce sujet Aubin Minaku a d’ailleurs été très clair : « Tout sera fait dans le respect de la constitution. Kabila ne va pas violer la constitution ».

La démocratie vise la vie sociale, l’amélioration des conditions des vies des congolais. Ceci implique le dialogue en vue des élections apaisées, a poursuivi le président de l’Assemblée nationale. Avant de conclure, satisfait de la forte mobilisation du « peuple MP »,...pari réussi !

Partager via

Sur le même sujet

RDC : le retour triomphal et très politique d'Étienne Tshisekedi

Lire également