La version de votre navigateur est obsolète. Nous vous recommandons vivement d'actualiser votre navigateur vers la dernière version.

Centre d'Analyse et de Stratégies

Bureau d'études et de recherche sur la RDC et l'Afrique

CAS-INFO

Site d'information, d’enquête et analyse dépendant de CAS


 

Vital Kamerhe, pourquoi, il «rechoisit»Joseph   Kabila

Fin Août, l'ancien président de l'Assemblée rompt avec les forces de l'opposition et rallie le dialogue de la Cité de l'Union Africaine. 

25 Août 2016 | Par Yvon Muya 


 


Pour l’Unafec, « arrêter Kyungu c’est réduire au silence l’opposition au Katanga »

Gabriel Kyungu en meeting dans sa résidence de Lubumbashi le 02 sepembre 2016.Gabriel Kyungu en meeting dans sa résidence de Lubumbashi le 02 sepembre 2016.

28 décembre 2016 | Par Danny Ngubaa

 

Après la levée de l’immunité parlementaire de Gabriel Kyungu Wa Kumwanza, les réactions pleuvent sur la scène politique en République Démocratique du Congo. Emboîtant le pas au G7, l’Union Nationale des Fédéralistes du Congo –UNAFEC-, parti politique cher à au concerné, donne de la voix. Le son de cloche de cette formation a été donnée par Wesley Ngoy Lubaya, le Porte-parole de l’UNAFEC. A ses yeux, il s’agit d’une ultime tentative de clouer le bec tant à Kyungu qu’à toute l’opposition dans toutes les provinces qui sont sorties du découpage de l’ancienne province du Katanga. 

En plein dernier virage des discussions directes conduites par la Cenco, « le fait que la mouvance puisse mener de telles manœuvres c’est vouloir une chose et son contraire. Agir de la sorte, c’est être ennemi de la paix », a-t-il prévenu.

« Quand on lève l’immunité de Kyungu, on doit l’arrêter. C’est ça l’intention. L’arrêter, ça veut dire le réduire au silence, […] c’est-à-dire réduire l’opposition au Katanga au silence. Ça c’est vraiment suicidaire pour la paix dans notre pays », a ajouté Wesley Ngoy Lubaya qui s’est confié à la presse ce mercredi.

Quelques heures après le vote de l’assemblée provinciale, le G7, plateforme dans laquelle sont rassemblés Kyungu et Katumbi, avait pour sa part, dénoncé une décision susceptible de mettre en péril la cohésion nationale.

Sur le même sujet

Lire également