La version de votre navigateur est obsolète. Nous vous recommandons vivement d'actualiser votre navigateur vers la dernière version.

Centre d'Analyse et de Stratégies

Bureau d'études et de recherche sur la RDC et l'Afrique

CAS-INFO

Site d'information, d’enquête et analyse dépendant de CAS


 

Vital Kamerhe, pourquoi, il «rechoisit»Joseph   Kabila

Fin Août, l'ancien président de l'Assemblée rompt avec les forces de l'opposition et rallie le dialogue de la Cité de l'Union Africaine. 

25 Août 2016 | Par Yvon Muya 


 


Majorité et Rassemblement signent l'accord final de sortie de crise

Félix Tshisekedi signant l'accord politique ce samedi 31 décembre 2016. Félix Tshisekedi signant l'accord politique ce samedi 31 décembre 2016.

31 décembre 2016 | Par CAS-INFO

 

C'est l’aboutissement des discussions intenses entre deux camps qui ne seront pas fait de cadeaux, trois semaines durant. Au final, ils s'accordent pour une transition. Mais en laissant chacun des plumes.

Les gains communs sont que tous vont se partager le pouvoir et cogérer la transition. Joseph Kabila garde son poste de chef de l'État et le Rassemblement dirigera le gouvernement d'union nationale jusqu'au élections fixées à la fin 2017. La plateforme rassemblée autour d'Étienne Tshisekedi désignera de manière autonome le Premier ministre. Le président de la république se contentera simplement de le nommer.

En plus de la Primature, le Rassemblement décroche le Conseil national de suivi de l'accord dont la direction a été spécialement confiée à l'opposant historique Étienne Tshisekedi. Ce dernier aura, entre autres, la tache de veiller au bon déroulement du processus électoral.

Après plusieurs tractations et la polémique sur l'accord du 18 octobre jugé trop tendre envers le président, le compromis supervisé par l'église catholique interdit formellement toute révision de la Constitution pendant la période pré-électorale et électorale. Il n'y aura pas non plus de referendum sur cette question. L'accord est, ainsi, clair avec le chef de l'État. Il a terminé ses deux mandats et ne peut pas se présenter pour un troisième.

Les «pertes» du côté du Rassemblement concernent surtout le G7 et l'AR qui n'ont pas pu obtenir l’arrêt des poursuites judiciaires contre leur champion, Moise Katumbi. Une partie remise. Car le sort de l'ex gouverneur de l'ex Katanga a été confié entre les mains des évêques de la Cenco.

À noter que le MLC de Jean Pierre Bemba et le Front pour le respect de la Constitution n'ont pas signé l'accord. Ils l'ont boycotté, car le jugeant « boutiqué d'avance » entre le pouvoir et le Rassemblement.

Dès la semaine prochaine, la mise en œuvre de l'accord commence, ont promis, les princes de l'église.

Lire également