La version de votre navigateur est obsolète. Nous vous recommandons vivement d'actualiser votre navigateur vers la dernière version.

Centre d'Analyse et de Stratégies

Bureau d'études et de recherche sur la RDC et l'Afrique

CAS-INFO

Site d'information, d’enquête et analyse dépendant de CAS


 

Vital Kamerhe, pourquoi, il «rechoisit»Joseph   Kabila

Fin Août, l'ancien président de l'Assemblée rompt avec les forces de l'opposition et rallie le dialogue de la Cité de l'Union Africaine. 

25 Août 2016 | Par Yvon Muya 


 


POLITIQUE

Les élections quand le fichier électoral sera prêt : pour la CENI, Kabila n'a pas tort

6 Août 2016 |Par la Rédaction

Jean Pierre Kalamba, rapporteur de la CENI, s'exprimant à la presse (photo d'illustration, Radiookapi). Jean Pierre Kalamba, rapporteur de la CENI, s'exprimant à la presse (photo d'illustration, Radiookapi).

C’est Jean Pierre Kalamba, l’UDPS rapporteur de la CENI qui s’est confié à CAS-INFO pour réagir aux propos déjà polémiques du chef de l’État sur la prochaine présidentielle. Pour la première fois depuis le début de la crise, Joseph Kabila a répondu de manière directe à une question sur le processus électoral lors d’une conférence de presse jeudi en Ouganda. « Les élections se tiendront lorsque le registre des électeurs sera fin prêt », a-t-il déclaré, provoquant des vives réactions de l’opposition.

Sans surprise, la CENI ne dit pas autre chose. Pour Jean Pierre Kalamba, la Centrale électorale était la première à avoir souligné l'impossibilité de la tenue du scrutin avant décembre. Il ajoute même que « le chef de l'État n'a fait que copier ce que la CENI répète tous les jours ».

« Les élections seront organisées conformément aux standards internationaux après les opérations de recensement et l'identification des électeurs qui ont déjà débuté dans la province du Nord Ubangi et connaissent un grand succès au terme des enrôlés déjà enregistrés », se félicite ce délégué de l’UDPS qui n’est, cependant plus, en accord avec le parti.

 

« Cela prendra du temps »

Joseph Kabila n’a pas fait de langue de bois lors de cette sortie peu habituelle. Jusqu'à reconnaître que les opérations d’enrôlement peuvent durer.  « Cela prendra du temps, mais dès que le registre des électeurs sera disponible, nous aurons une élection ».

Dix mois. C’est l’estimation de la Commission Électorale rappelée par Corneille Nangaa à l’occasion du lancement de l’enregistrement des électeurs à Gbadolité le 31 juillet dernier. Une échéance qui repousserait la présidentielle à cinq mois au-delà de la fin du mandat du président de la République.

Mais l’opposition voit un piège dans ces prévisions. Elle craint que Joseph Kabila en profite pour se maintenir au pouvoir.

En dernier, la Cour constitutionnelle a tranché en faveur du chef de l’État en autorisant ce dernier de rester en poste en cas d’absence d’élections.

Entre temps, le dialogue que le président a convoqué en vue de trouver un consensus sur cette question, peine à se mettre en place.

Partager via

Lire également