La version de votre navigateur est obsolète. Nous vous recommandons vivement d'actualiser votre navigateur vers la dernière version.

Centre d'Analyse et de Stratégies

Bureau d'études et de recherche sur la RDC et l'Afrique

CAS-INFO

Site d'information, d’enquête et analyse dépendant de CAS


 

Vital Kamerhe, pourquoi, il «rechoisit»Joseph   Kabila

Fin Août, l'ancien président de l'Assemblée rompt avec les forces de l'opposition et rallie le dialogue de la Cité de l'Union Africaine. 

25 Août 2016 | Par Yvon Muya 


 


L'armée angolaise «se retire» de la RDC, Luanda appelle à une solution pacifique dans le respect de la constitution

Une unité combattante des FARDC photographiée dans l'Est du pays. Une unité combattante des FARDC photographiée dans l'Est du pays.

24 décembre | Par CAS-INFO

 

L’information est tombée vendredi soir en pleine négociation pour la sortie de crise politique en République Démocratique du Congo. D'après La libre.be, L'Angola a décidé, selon les informations recueillies par ce Journal Belge, «de retirer ses soldats du Congo-Kinshasa, où ils appuient les forces militaire de M. Kabila, et de cesser la coopération militaire avec Kinshasa».

Luanda veut garder sa neutralité dans le conflit politique en RDC, a ajouté le site qui cite une source. Par ailleurs, ces révélations ont coïncidé avec le communiqué du ministre angolais des Affaires étrangères dans lequel M. Chikoti a appelé à la résolution pacifique de la crise, dans le respect de la constitution et de la résolution 2277 du Conseil de sécurité des Nations-unies.

«L'Angola condamne la violence récurrente en RDC et invite tous les acteurs politiques et la société civile à préserver la paix et la stabilité», a insisté le chef de la diplomatie angolaise.

Allié traditionnel de la République Démocratique du Congo et de Joseph Kabila en particulier, l'Angola participe avec l'Afrique du Sud depuis 2013 à un programme de formation des forces armées et de la police de la RDC.

À l'issue du dialogue de la Cité de l'OUA en octobre dernier, le président Dos Santos avait affiché son soutien à son homologue Joseph Kabila contesté à Kinshasa. Mais deux semaines plus tard, l'ambassadeur de l'Angola à l'Onu dirigeait une mission du Conseil de sécurité pour appeler le président congolais à respecter la constitution.

Ce retrait des troupes en pleine tempête risque de faire beaucoup parler.

Lire également