La version de votre navigateur est obsolète. Nous vous recommandons vivement d'actualiser votre navigateur vers la dernière version.

Centre d'Analyse et de Stratégies

Bureau d'études et de recherche sur la RDC et l'Afrique

CAS-INFO

Site d'information, d’enquête et analyse dépendant de CAS


 

Vital Kamerhe, pourquoi, il «rechoisit»Joseph   Kabila

Fin Août, l'ancien président de l'Assemblée rompt avec les forces de l'opposition et rallie le dialogue de la Cité de l'Union Africaine. 

25 Août 2016 | Par Yvon Muya 


 


RDC |POLITIQUE | 19 décembre

Kikaya Bin Karubi sur BBC : « le 19 décembre il n’y aura rien, Joseph Kabila sera président »


Kikaya Bin Karubi, conseiller diplomatique du Chef de l'État, au think thank Atlantic Council aux États-unis le 14 octobre 2016.
Kikaya Bin Karubi, conseiller diplomatique du Chef de l'État, au think thank Atlantic Council aux États-unis le 14 octobre 2016.

10 Décembre 2016 | Par CAS-INFO

 

Le conseiller diplomatique du chef était l’invité de BBC vendredi soir. Confronté à la journaliste Belge Colette Braeckman, au directeur du Groupe de recherche sur le Congo Jason Stearns et à Michael Tshibangu, un Congolais de la diaspora basé Londres, connu pour ses tweets hostiles au pouvoir, Kikaya Bin Karubi s’est montré très offensif.

Interpellé sur la date du 19 décembre (Ndlr, la fin du mandat du chef de l’État), Kikaya Bin Karubi n’est pas allé par quatre chemins. « Le 19 décembre il n’y aura rien, Joseph Kabila sera président jusqu’à l’élection de son successeur », a martelé l’ex ambassadeur à Londres.

Pour ce bras droit de Joseph Kabila, le chef de l’État respectera la Constitution et cela dans toutes ses dispositions. Au point de faire une étonnante révélation : « Lorsqu’en Afrique Centrale, le Congo Brazzaville, le Rwanda ou encore le Burundi ont changé la Constitution, les gens de ma famille politique sont venus voir le chef de l’État pour lui dire que c’est le moment de le faire et le chef a répondu qu’il ne changera jamais la Constitution ».

Dans ce temps fort de l’émission où le « Conseiller » semble maîtriser parfaitement son sujet en esquivant toutes questions piège, il faut une Colette Braeckman pour lui rappeler que la Constitution a déjà été changée, sous Joseph Kabila, en 2011, en supprimant le 2e tour de la présidentielle. Kikaya botte en touche.

Deuxième rétropédalage du diplomate Congolais, lorsqu’il est accroché sur l’absence du financement de la CENI, à la base de la crise actuelle. Kikaya Bin Karubi fait appel au M23 pour se justifier. « Après l’élection du chef de l’État la guerre a éclaté. Il n’y a pas que les élections. La priorité c’est aussi l’éducation ».

Bref, un moment politique intense à la radio. À 10 jours de la fin du mandat de Joseph Kabila. S’ils avaient les oreilles sur la BBC vendredi soir, les délégués du Rassemblement qui tablent encore sur le départ du président… sont prévenus.   

Lire également