La version de votre navigateur est obsolète. Nous vous recommandons vivement d'actualiser votre navigateur vers la dernière version.

Centre d'Analyse et de Stratégies

Bureau d'études et de recherche sur la RDC et l'Afrique

CAS-INFO

Site d'information, d’enquête et analyse dépendant de CAS


 

Vital Kamerhe, pourquoi, il «rechoisit»Joseph   Kabila

Fin Août, l'ancien président de l'Assemblée rompt avec les forces de l'opposition et rallie le dialogue de la Cité de l'Union Africaine. 

25 Août 2016 | Par Yvon Muya 


 


SÉCURITÉ

Insécurité à Beni : Museveni va démanteler les réseaux criminels

4 Août 2016 | Par  Yvon Muya

Le président ougandais Yoweri Museveni Kaguta recevant son homologue congolais Joseph Kabila à Kasese, une ville frontalière de la RDC, jeudi 4 Août 2016.Le président ougandais Yoweri Museveni Kaguta recevant son homologue congolais Joseph Kabila à Kasese, une ville frontalière de la RDC, jeudi 4 Août 2016.

C'est une petit succès diplomatique du voyage éclair de Joseph Kabila en Ouganda, jeudi. Le président congolais y a rencontré, à Kasese, une province frontalière de la RDC, son homologue ougandais, Yoweri Museveni Kaguta. Au menu, l'insécurité à Beni, au Nord Kivu.

À son arrivée, le président congolais espérait décrocher une opération conjointe entre les FARDC et les UPDF, les forces armées ougandaises. Mais, Kampala n'est pas prêt pour une telle expédition. À la place, le président ougandais s'est plutôt engagé à démanteler, côté ougandais, les groupes qui traversent la frontière pour tuer à Beni, a rapporté le gouverneur du Nord Kivu Julien Paluku.

Les deux chefs d’État ont également convenu d’œuvrer ensemble pour le rapatriement des ex combattants M23, mais aussi les ADF accusés d’être aussi à la base de l'insécurité dans l'est du pays, particulièrement à Beni.

 

Beni, un enfer malgré les FARDC et les casques bleus

La mobilisation du chef de l'État sur la situation à Beni est un signal fort, quoique tardif, de la plus haute autorité du pays sur une situation qui était devenue désastreuse pour une région qui a déjà souffert de multiples guerres.

Depuis 2014, les ONG des droits de l'homme, mais aussi la Monusco ont comptabilisé des centaines de morts, victimes des groupes armés et milices locales. ce, malgré la présence des FARDC appuyées par les casques bleus de la MONUSCO. Les imgaes des femmes, enfants, des familles entières mutilés avaient fait le tour du monde fin 2015 et provoqué la colère des habitants de cette ville. Certains s'en étaient même pris à une statue du président de la république.

En jouant la carte ougandaise, Joseph Kabila espère supprimer le mal à l'orgine. Alors que certains rapport localisent les tueurs à la machette sur le sol du puissant voisin.

Dès la semaine prochaine, une réunion mixte se tiendra à Kampala entre les deux pays. Objectif, tracer une feuille de route des actions communes à mener contre les semeurs de la mort dans la désormais, ville martyre de Beni.

Lire également