La version de votre navigateur est obsolète. Nous vous recommandons vivement d'actualiser votre navigateur vers la dernière version.

Centre d'Analyse et de Stratégies

Bureau d'études et de recherche sur la RDC et l'Afrique

CAS-INFO

Site d'information, d’enquête et analyse dépendant de CAS


 

Vital Kamerhe, pourquoi, il «rechoisit»Joseph   Kabila

Fin Août, l'ancien président de l'Assemblée rompt avec les forces de l'opposition et rallie le dialogue de la Cité de l'Union Africaine. 

25 Août 2016 | Par Yvon Muya 


 


En attendant l'accord politique, la RDC, entre décrispation et crispation

 

Un manifestant arrêté lors des manifestations contre une révision de la loi électorale en janvier 2015 à Kinsahsa.  Un manifestant arrêté lors des manifestations contre une révision de la loi électorale en janvier 2015 à Kinsahsa.

28 décembre | Par Danny Ngubaa

 

Jugé dans une affaire de séquestration des éléments des forces de l'ordre, le député Franck Diongo retourne ce mercredi à la barre. À Lubumbashi, 49 manifestants arrêtés les 19 et 20 décembre sont poursuivis. Et alors que 18 militants de la Lucha viennent d’être libérés à Goma, le coup de tonnerre est venu de Lubumbashi où l'Assemblée provinciale du Haut-Katanga a voté la levée de l'immunité de Gabriel Kyungu exposant l'ancien président de l'institution à la menace d'une procédure judiciaire pour «outrage au chef de l'État». À la veille d'un accord politique incertain, le climat politique reste explosif en RDC. 

 

C'est l’aboutissement des longues tractations et, peut-être, le début d'une nouvelle raison de craindre les tensions dans la province du Haut - Katanga. À 12 voix contre 10, les députés provinciaux ont voté, mardi, à Lubumbashi, la levée de l'immunité parlementaire de l'ancien président de l'Assemblée provinciale Gabriel Kyungu Wa Kumwanza. Exposant ce proche de Moise Katumbi à des poursuites judiciaires pour « outrage au chef de l'État ».

Présent aux négociations que préside l'église catholique en vue de trouver un accord politique cette semaine, le G7 auquel appartient M. Kyungu, a, dans un communiqué, condamné une « décision qui met en péril la réconciliation nationale et hypothèque la cohésion nationale » en prévenant de tirer toutes les conséquences «si le pouvoir persiste à s'engluer dans sa funeste logique».

Cette affaire Kyungu est un événement de plus qui vient mettre à rude épreuve l'opposition qui n'en a pas encore fini de voir défiler les images du député Franck Diongo. Affaibli, après avoir été tabassé par les forces de l'ordre, le président national du MLP, membre du conseil des sages du Rassemblement est jugé pour «séquestration des forces de l'ordre». Un procès politique, selon l’opposition.

Grosses tempêtes sur l'accord politique 

Ce chemin de croix de l'opposition intervient au moment où un accord politique difficile est toujours en discussions entre le pouvoir et la coalition rassemblée autour d'Étienne Tshisekedi. Parmi les points qui bloquent figure en bonne place, justement, le sort des prisonniers politiques et de ceux, comme l'ancien gouverneur du Katanga, font l'objet des poursuites judiciaires. Pas de quoi empêcher le vote à l'Assemblée provinciale du Haut-Katanga.

Si, 18 militants de la Lucha ont été libérés mardi et que la jeune Gloria, disparue depuis une semaine a, aussi, été relâchée - permettant de pousser un ouf de soulagement - La liste des personnes à amnistier, en revanche, risque de gonfler.

Interrompues le 24 décembre dernier, en raison de Noël, les discussions entre la MP et le Rassemblement ont repris en petit comité avant la reprise de la plénière le jeudi, puis, la signature de l'accord vendredi si un compromis est trouvé. Un accord désormais plus que jamais menacé.

Lire également