La version de votre navigateur est obsolète. Nous vous recommandons vivement d'actualiser votre navigateur vers la dernière version.

Centre d'Analyse et de Stratégies

Bureau d'études et de recherche sur la RDC et l'Afrique

CAS-INFO

Site d'information, d’enquête et analyse dépendant de CAS


 

Vital Kamerhe, pourquoi, il «rechoisit»Joseph   Kabila

Fin Août, l'ancien président de l'Assemblée rompt avec les forces de l'opposition et rallie le dialogue de la Cité de l'Union Africaine. 

25 Août 2016 | Par Yvon Muya 


 


Élections en RDC : la MP lance l'opération de «conservation» du pouvoir 

Le chef de l'Etat Joseph Kabila en visite au Palais du peuple avec le président de l'Assemblée nationale et chef de la MP Aubin Minaku, Août 2016. Le chef de l'Etat Joseph Kabila en visite au Palais du peuple avec le président de l'Assemblée nationale et chef de la MP Aubin Minaku, Août 2016.

9 Janvier 2017 | Par CAS-INFO

Il ne fait plus aucun doute. La Majorité présidentielle se lance en campagne. Si la date d'un quelconque scrutin n'est pas encore fixée, la plateforme gouvernementale a pris le devant ce lundi en lançant officiellement sa «Centrale électorale» á l'hôtel Pullman à Kinshasa.

«Il s'agit de rafler toute la mise», a déclaré le secrétaire général de la MP Aubin Minaku. Pour lui, le meilleur projet de société encore plébiscité aujourd'hui est celui de Joseph Kabila. Ainsi, «la réalisation de tous ces objectifs passe par la conservation du pouvoir politique de la base au sommet».

En plein débat sur le maintien de Joseph Kabila au pouvoir au delà ses deux mandats constitutionnels, ce discours était aussi l'occasion pour le président de l'assemblée nationale de faire de la politique. «Pas un seul jour, son excellence Joseph Kabila Kabange n'a manqué en parole ou en acte de s'affirmer par une constance plutôt inébranlable, non seulement par le respect par tous et par lui même de la loi fondamentale du pays. Mais aussi sur celui de l'organisation coûte que coûte des élections à tous les niveaux  des locales à la présidentielle», a-t-il argumenté. 

Mais, Minaku prévient, la Constitution c'est expression « suprême » et « sublime » de la volonté du souverain primaire. Et de s'interroger : « le peuple n'est-il pas le seul qui a le pouvoir de faire et de défaire, tricoter et de détricoter une Constitution ? ». 

Toutes fois, Aubin Minaku a reconnu, a propos de l'accord de la Cenco, l'existence d'un compromis sur l'organisation de la présidentielle couplée aux législatives et avec les provinciales. « Dès à présent, il est impérieux que le Majorité présidentielle se mette en ordre de bataille de manière a pouvoir rafler toute la mise de la base au sommet », a-t-il martelé avant de conclure : «elle le fera». 

Lire également