La version de votre navigateur est obsolète. Nous vous recommandons vivement d'actualiser votre navigateur vers la dernière version.

Centre d'Analyse et de Stratégies

Bureau d'études et de recherche sur la RDC et l'Afrique

CAS-INFO

Site d'information, d’enquête et analyse dépendant de CAS


 

Vital Kamerhe, pourquoi, il «rechoisit»Joseph   Kabila

Fin Août, l'ancien président de l'Assemblée rompt avec les forces de l'opposition et rallie le dialogue de la Cité de l'Union Africaine. 

25 Août 2016 | Par Yvon Muya 


 


Dialogue, les évêques font pression pour un accord au plus  tard  le  16 décembre

13 Decembre 2016 | Par Pitshou MULUMBA

Ça y est ! Le gros du travail du dialogue du centre inter-diocésain a démarré ce mardi 13 décembre avec les Commissions. Pendant toute la journée, les délégués ont eu du mal à accorder leurs violons sur plusieurs aspects tenant de la forme des discussions et du quota des participants.

Devant la presse, Mgr Fridolin Ambongo, vice-président de la Conférence épiscopale nationale du Congo a minimisé les embûches qui ont mis en mal le déroulement rapide des travaux. 

Il a restitué à la presse les discussions de la journée en ces termes : « Tout le monde veut venir mais on ne peut prendre tout le monde. Ça prit beaucoup de temps mais à la fin nous avons réussi à le faire parce que nous tenons beaucoup au caractère inclusif de cette concertation. Il y avait la question de la composition des Commissions, parce que nous voulons que le gros des travaux se fasse en Commissions. Les trois Commissions sont au travail. Il n’y a pas eu de blocage. De toutes les façons, ça fait partie du processus des discussions. Il y a eu plusieurs moments où le ton a été monté mais c’est normal ».


Selon les indiscrétions, la Majorité présidentielle s’est érigée en défenseurs de l’augmentation du quota des participants du Mouvement de libération du Congo, qui a, finalement, été ramené de deux à trois délégués.

Par la suite, les mêmes ténors de la MP ont de nouveau, tenté d’imposer à l’Udps le délégué Ambatobe présenté comme membre de l’Udps représentant Samy Badibanga dans le quota du parti d’Etienne Tshisekedi. Décidément, la stratégie a été celle de tirer les choses à longueur.


C’est à dix huit heures que les participants ont finalement commencé le vrai débat.  Ils sont répartis en trois commissions qui traitent respectivement de la gouvernance, de la question électorale et de la décrispation politique.

Entre-temps, les évêques accentuent la pression sur les délégués partant des contraintes du temps. La planification, selon Mgr Fridolin Ambongo, est telle que tout le travail doit se terminer d’ici vendredi 16 décembre.

« Nous travaillons d’arrache-pied pour que tout soit terminé d’ici vendredi afin que le peuple qui attend ce moment avec beaucoup d’impatience soit informé et soit rassuré pour l’avenir »,

a déclaré Mgr Fridolin Ambongo à la presse.

Lire également