La version de votre navigateur est obsolète. Nous vous recommandons vivement d'actualiser votre navigateur vers la dernière version.

Centre d'Analyse et de Stratégies

Bureau d'études et de recherche sur la RDC et l'Afrique

CAS-INFO

Site d'information, d’enquête et analyse dépendant de CAS


 

Vital Kamerhe, pourquoi, il «rechoisit»Joseph   Kabila

Fin Août, l'ancien président de l'Assemblée rompt avec les forces de l'opposition et rallie le dialogue de la Cité de l'Union Africaine. 

25 Août 2016 | Par Yvon Muya 


 


Dialogue : la Cenco annonce le presqu'échec des pourparlers

Mgr Marcel Utembi, entouré des membres de la Cenco. Mgr Marcel Utembi, entouré des membres de la Cenco.

17 décembre | Par CAS-INFO

 

«Tous les participants se sont rendus à l'évidence qu'il ne faudrait pas traiter dans la précipitation les questions fondamentales qui engagent la vie de la nation». C'est par ces mots que Mgr Marcel Utembi, président de la Cenco, a annoncé la fin de la première partie du dialogue ouvert le 8 décembre dernier au centre interdiocesain.

Première partie, parce que les négociations vont se poursuivre dans les commissions à problème où on va continuer à rechercher des solutions sur les questions qui divisent. Il s'agit du processus électoral et de la gouvernance.

En attendant, Le président de la Cenco et son vice président se rendent au Vatican pour une audience privée. Les travaux ont été renvoyés au 21 décembre, soit, après le 19 et la fin du mandat du chef de l'État Joseph Kabila.

Situation inacceptable pour le Rassemblement qui s'en remet au «peuple Congolais», à l'image de Félix Tshisekedi.

Ce n'ième blocage intervient à 48 heures du 19 décembre, la date présentée comme de tous les dangers. Dans les grandes villes, Kinshasa et Lubumbashi, les forces de sécurités ont été déployées dans les coins chauds. Plusieurs expatriés ont quitté le pays et de nombreuses chancelleries ont déconseillé le voyage à Kinshasa.

Un climat de panique qui ne rassure pas les Congolais.

Lire également