La version de votre navigateur est obsolète. Nous vous recommandons vivement d'actualiser votre navigateur vers la dernière version.

Centre d'Analyse et de Stratégies

Bureau d'études et de recherche sur la RDC et l'Afrique

CAS-INFO

Site d'information, d’enquête et analyse dépendant de CAS


 

Vital Kamerhe, pourquoi, il «rechoisit»Joseph   Kabila

Fin Août, l'ancien président de l'Assemblée rompt avec les forces de l'opposition et rallie le dialogue de la Cité de l'Union Africaine. 

25 Août 2016 | Par Yvon Muya 


 


Dialogue de la Cenco : des confessions religieuses opposées au remplacement de Nangaa à la tête de la CENI

Corneille Nangaa, président de la Ceni recevant la première carte d'un électeur enregistré dans le Nord Ubangi le 31 juillet 2016. Corneille Nangaa, président de la Ceni recevant la première carte d'un électeur enregistré dans le Nord Ubangi le 31 juillet 2016.

26 décembre | Par Danny Ngubaa

 

C’est pourtant le vœu du Rassemblement des forces politiques et sociales acquises au changement. Avec le remplacement de Badibanga à la Primature, cette demande demeure une des divergences persistantes à ranger dans les 5 pourcent qui bloquent, jusque-là, la signature d’un accord aux assises que dirigent Marcel Utembi et ses pairs de la Conférence épiscopale nationale du Congo.

Ce n’est, pourtant, pas, le point de vue des confessions religieuses. Mgr Marini Bodho et d’autres chefs d’église estiment que restructurer complètement la Ceni n’est pas une bonne chose. « Ils ne s’inscrivent pas dans la logique des démarches susceptibles de faire perdre le temps et de ralentir les opérations en cours », ont-ils fait savoir dans une déclaration, lundi, après avoir salué avec satisfaction l’enrôlement des électeurs qui vise à doter le pays d’un fichier électoral crédible, « condition sine qua non à la convocation du corps électoral ».

Alors que s’ouvre une semaine décrive dans la crise politique qui agite le pays, les confessions religieuses hors catholique donnent de la voix. Ils saluent l’Accord du 18 octobre qui constitue pour eux la matérialisation de la volonté des parties prenantes de favoriser l’émergence des conditions qui permettent d’organiser les élections dans un climat apaisé. Tout en saluant la mission des bons offices de la Cenco, ils considèrent que cette initiative consiste à élargir la base du consensus en permettant à ceux qui n’y avaient pas part à l’enrichir.  

Ils s‘opposent au « report des datent des scrutins » estimant qu’aujourd’hui l’essentiel est l’organisation des élections dans les conditions acceptables et appelle à l’humilité et la modération. Pour que triomphe la fraternité sur les différences, concluent-ils. 

 

Sur le même sujet

Lire également