La version de votre navigateur est obsolète. Nous vous recommandons vivement d'actualiser votre navigateur vers la dernière version.

Centre d'Analyse et de Stratégies

Bureau d'études et de recherche sur la RDC et l'Afrique

CAS-INFO

Site d'information, d’enquête et analyse dépendant de CAS


 

Vital Kamerhe, pourquoi, il «rechoisit»Joseph   Kabila

Fin Août, l'ancien président de l'Assemblée rompt avec les forces de l'opposition et rallie le dialogue de la Cité de l'Union Africaine. 

25 Août 2016 | Par Yvon Muya 


 


POLITIQUE

Au Quai d’Orsay, Tshisekedi et Katumbi continuent à mobiliser la communauté internationale

18 juillet 2016 | Par Yvon Muya

Étienne Tshisekedi, Moise Katumbi accompagnés de Olivier Kamitatu, Delly Sessanga et d'autres membres de l'opposition congolaise, recus au Quai d'OrsayÉtienne Tshisekedi, Moise Katumbi accompagnés de Olivier Kamitatu, Delly Sessanga et d'autres membres de l'opposition congolaise, recus au Quai d'Orsay

Le chef de fil de l’UDPS et opposant historique Etienne Tshisekedi, côte à côte avec le jeune opposant Moise Katumbi. C’était l’image du jour au ministère français des Affaires étrangères. Les deux opposants congolais ont rencontré la direction Afrique de la diplomatie française lundi. « Nous avons parlé de l’alternance et du processus électoral », a expliqué Felix Tshisekedi sur tv5.

Martin Fayulu de la Dynamique de l’opposition, Olivier Kamitatu et Delly Sessanga du G7 étaient également présents à cette réunion à laquelle ont aussi participé les envoyés spéciaux pour la région des Grands Lacs : Koen Vervaeke de l’Union européenne, Thomas Perriello des États-Unis ou encore Danae Dholakia de Grande-Bretagne.

Hier Washington, aujourd’hui, Paris, l’opposition congolaise joue à fond la carte communauté internationale et espère ainsi multiplier la pression sur le pouvoir à Kinshasa.  « La France et la communauté internationale soutiennent la constitution », a encore répété le fils d’Étienne Tshisekedi qui a rappelé le refus de l’opposition à participer au dialogue national convoqué par le chef de l’État dans le format de Joseph Kabila. Même si les échanges ont bien porté sur ce dialogue, mais aussi le respect des délais constitutionnels auxquels tient mordicus l’opposition.

Cette réunion du Quai d’Orsay intervient une semaine avant le retour très attendu d’Étienne Tshisekedi à Kinshasa. L’opposant historique s’est absenté du pays depuis deux ans à cause de la maladie qui l’a retenu coincé à Bruxelles. Il se porte bien aujourd’hui, rassure son fils. La seule incertitude demeure le retour de Moise Katumbi dans la capitale congolaise. Candidat déclaré à la présidentielle de Novembre, l’ancien gouverneur du Katanga a été condamné dans une affaire de « spoliation immobilière » et inculpé dans celle de « recrutement de mercenaires ». Une carte judiciaire que la majorité de Joseph Kabila peut exploiter jusqu’au bout pour faire fléchir l’opposition et obtenir son glissement, pronostique un élu national

Partager cet article via

Lire également