La version de votre navigateur est obsolète. Nous vous recommandons vivement d'actualiser votre navigateur vers la dernière version.

Centre d'Analyse et de Stratégies

Bureau d'études et de recherche sur la RDC et l'Afrique

CAS-INFO

Site d'information, d’enquête et analyse dépendant de CAS


 

Vital Kamerhe, pourquoi, il «rechoisit»Joseph   Kabila

Fin Août, l'ancien président de l'Assemblée rompt avec les forces de l'opposition et rallie le dialogue de la Cité de l'Union Africaine. 

25 Août 2016 | Par Yvon Muya 


 


JUSTICE

Affaire Ramazani: à son tour, la Cour d'Appel de Lubumbashi accable la juge

28 juillet 2016 | Avec Guillaume Kazadi

La juge Chantal Ramazani, entouré de deux membres de la composition lors d'une audience, juin 2016. La juge Chantal Ramazani, entouré de deux membres de la composition lors d'une audience, juin 2016.

Il y a encore quelques semaines personne ne connaissait son nom. En 48 heures seulement Chantal Ramazani est en train de devenir le personnage clé du procès de l’immobilier qui condamne l’ancien gouverneur du Katanga à 3 ans de prison.

Dans une lettre datée du 25 juillet Chantal Ramazani qu’on dit en fuite, affirme « avoir été obligée par Monsieur Kalev Mutond, administrateur général de l’ANR (Agence nationale de renseignement), la présidence de la république, le premier président de la Cour d’appel de Lubumbashi (mon chef hiérarchique et inspecteur de l’ANR, accompagné de douze éléments de la garde républicaine) et le procureur général près de la Cour d’appel de Lubumbashi, de condamner monsieur Moïse Katumbi Chapwe ».

La Cour d’Appel de Lubumbashi a réagi à ces accusations. « Suivant les informations à sa possession, le président du Tribunal de Grandes Instance de Lubumbashi n'a enregistré à ce jour aucune lettre adressée à la hiérarchie par la présidente du Tribunal de Paix Lubumbashi/ Kamalondo sous son couvert pour faire état des pressions qui auraient été exercées sur elle lors du prononcé du jugement RP 7652/I rendu par sa juridiction », a affirmé  le cabinet de la Cour dans un communiqué ce jeudi.

Une enquête effectuée sur la procédure incriminée n’a détecté aucune faille, ont encore assuré les services de la cour d’Appel de Lubumbashi qui renseignent « qu’en son temps, elle [la juge, Ndlr] n'a jamais fait état d'une quelconque pression qui aurait été exercée sur elle ni sur un autre membre de la composition.

Le communiqué poursuit par ailleurs que « ce magistrat fait objet d'une enquête disciplinaire pour s'être rendu sans autorisation à Kinshasa le 22 juillet 2016. Les éléments recueillis au cours de cette investigation laissent entrevoir la mise en place d'un réseau dont l'objectif était de paralyser l'examen de la cause inscrite sous RPO 7685 devant ce Tribunal ».

La lettre attribuée à la Présidente du Tribunal de Paix, dont fait état les réseaux sociaux ne s'explique pas, plus d'un mois après le prononcé du jugement mis en cause, peut-on encore lire dans ce communiqué qui dénonce les tentatives de corruption.

Enfin la Cour d'Appel de Lubumbashi affirme avoir transmis toutes ces informations au Procureur Général pour l’ouverture d'une information judiciaire.

Mise en cause, L’Agence Nationale de Renseignement a aussi demandé, mercredi, une enquête judiciaire. Tout en qualifiant la lettre de la juge Ramazani de machination « pour dédouanée à vil prix une personne condamnée dans une affaire strictement privée ».

Partager via

Lire également