La version de votre navigateur est obsolète. Nous vous recommandons vivement d'actualiser votre navigateur vers la dernière version.

Centre d'Analyse et de Stratégies

Bureau d'études et de recherche sur la RDC et l'Afrique

CAS-INFO

Site d'information, d’enquête et analyse dépendant de CAS


 

Vital Kamerhe, pourquoi, il «rechoisit»Joseph   Kabila

Fin Août, l'ancien président de l'Assemblée rompt avec les forces de l'opposition et rallie le dialogue de la Cité de l'Union Africaine. 

25 Août 2016 | Par Yvon Muya 


 


Accord de la Saint Sylvestre : l’opposition face à ses démons, les Congolais perdent patience

Les membres du G7 en visite chez Etienne Tshisekedi, président du conseil des sages du Rassemblement. Les membres du G7 en visite chez Etienne Tshisekedi, président du conseil des sages du Rassemblement.

8 Janvier 2017 | Par CAS-INFO

Plus d’une semaine après la signature de l’accord de la Saint Sylvestre, celui-ci n’a toujours pas entamer le moindre début d’application. Pour cause, le blocage ne vient plus que de la Majorité présidentielle qui exige l’inclusivité au compromis avant sa mise en œuvre. Mais aussi de l’opposition qui se tire sur elle-même à bouler rouge à longueur des journées. 

En tête de la fronde contre un accord qui lui prive de sa part du gâteau, se trouve Ève Bazaïba. Malgré sa rencontre avec les Évêques membre de la Cenco pendant la semaine et ses promesses de signer le document, la secrétaire générale du MLC a terminé la semaine par un missile en direction des Tshisekedi. « On ne peut pas avoir le père inspecteur et le fils gestionnaire », a-t-elle pilonné faisant référence au poste du président du Comité de suivi de l’accord promis au chef de fil de l'Udps, sur lequel elle lorgne avec insistance, et aux rumeurs qui envoient son fils, Félix, à la Primature.  

Conséquence, Ève Bazaïba a déclenché lyre de ses amis de l’opposition ou de leurs partisans qui n’hésitent plus à l’accuser de faire le jeu du pouvoir. 

« Ils sont à table et ne savent comment se servir »

Pour les Congolais mobilisés massivement ces derniers mois et souvent au prix du sang contre le maintien au pouvoir de Joseph Kabila qui a fini ses deux mandats, c’est un spectacle qui ne passe pas.  « Maintenant on assiste à un bras de fer entre deux franges de l’opposition. C'est regrettable, tout ce cirque qui ne tient même pas compte des souffrances des populations », s’indigne Philo sur Facebook. Alors que les signataires de l’accord du 18 octobre, scotchés dans leurs fauteuils du gouvernement Badibanga dont ils sont conscients qu’ils ne tiendront plus longtemps, refusent toujours de signer.   

Dans le même temps, la guéguerre autour du choix du Premier ministre entre les Alliés au sein du Rassemblement fait désordre. Le temps passe et les Congolaises s’impatientent. « Ils sont tous à table et ne savent pas comment et quoi se servir », ironise, dégoutée, Bibiche, une autre Congolaise sur Facebook, avant de s’exclamer, « finalement, débarrassez ! »

Heureusement pour cette internaute Congolaise, les lignent bougent et la sagesse semble gagner les rangs de la coalition de l’opposition. Après le soutien du G7 et de l’AR, deux poids lourds du Rassemblement, à l’Udps, à qui il revient désormais de choisir le nom du futur Premier ministre, il ne va rester à l’opposition congolaise que d’aller vite convaincre les quelques récalcitrants, si elle ne veut pas tomber dans le piège du pouvoir.

Car, les jours, les semaines et bientôt les mois continuent à s’égrainer. Et ce n’est pas pour déplaire à Joseph Kabila et la Majorité au pouvoir qui vont continuer à passer leurs beaux jours à la tête du pays. 

Lire également