La version de votre navigateur est obsolète. Nous vous recommandons vivement d'actualiser votre navigateur vers la dernière version.

Centre d'Analyse et de Stratégies

Bureau d'études et de recherche sur la RDC et l'Afrique

CAS-INFO

Site d'information, d’enquête et analyse dépendant de CAS


 

Vital Kamerhe, pourquoi, il «rechoisit»Joseph   Kabila

Fin Août, l'ancien président de l'Assemblée rompt avec les forces de l'opposition et rallie le dialogue de la Cité de l'Union Africaine. 

25 Août 2016 | Par Yvon Muya 


 


Accord de la Cenco : ça se termine par une foire d’empoigne au sein de l’opposition

Les partisans de l'opposition congolaise rassemblés lors d'un meeting le 31 juillet 2016.Les partisans de l'opposition congolaise rassemblés lors d'un meeting le 31 juillet 2016.

31 décembre 2016 | Par CAS-INFO

 

Ils n’ont pas laissé le temps aux nouveaux futurs signataires de l’accord politique « made in Cenco » de digérer un compromis arraché au prix des 3 semaines des débats. Les opposants, signataires de l’autre accord de la Cité de l’Union Africaine, désormais, ministres, sont tout de suite montés au créneau pour dire leur désapprobation à une procédure qui les menace sérieusement.

« On ne va pas signer », a attaqué le premier, José Makila, dans les colonnes de Top Congo. Pour le tout nouveau Vice premier ministre en charge des Transports, pas questions de cautionner un texte qu’il juge contraire à la volonté populaire. « Nous étions partis là-bas pour parler des élections, nous n'avons parlé que des personnes oubliant le peuple congolais », a-t-il assené.

Voilà qui tranche avec l’enthousiasme de Vital Kamerhe. Sur son compte tweeter, l’ex modérateur de l’opposition à la cité de l’UA s’est, pourtant, empressé de saluer un « compromis historique entre congolais pour les élections apaisées ». Mais c’était sans compter avec ses amis. Jean Lucien Bussa, notamment. À l'issue d’une réunion à 3, convoquée d'urgence entre le premier ministre Samy Badibanga, José Makila et lui, le ministre du Plan a enfoncé le clou : « Ils ont décidé de ne pas signer ».

De quoi compliquer la tâche à un accord déjà fragilisé par le MLC. Frustrée de voir le Rassemblement avoir la mainmise sur, et la primature et le Conseil de suivi de l’accord, Ève Bazaiba, secrétaire générale du parti de Jean Pierre Bemba a crié au complot contre la Nation. Fustigeant un accord «boutiqué» depuis longtemps entre le Majorité et le Rassemblement. Bref, sans le Conseil de suivi, Pas de signature pour le MlC.

Voulu inclusif, l'accord de la Cenco n'a jamais été aussi exclusif et contesté. Et dire qu'en plus, s'il est partial et qu'il laisse sur la touche l'ex gouverneur de l'ex Katanga Moise Katumbi, les pro «Moise» du Rassemblement ne vont pas le signer, ont-ils prévenu. Renvoyant loin. Très loin, l'image de cette opposition mobilisée pour « chasser » Joseph Kabila.

Lire également