La version de votre navigateur est obsolète. Nous vous recommandons vivement d'actualiser votre navigateur vers la dernière version.

Centre d'Analyse et de Stratégies

Bureau d'études et de recherche sur la RDC et l'Afrique

CAS-INFO

Site d'information, d’enquête et analyse dépendant de CAS


 

Vital Kamerhe, pourquoi, il «rechoisit»Joseph   Kabila

Fin Août, l'ancien président de l'Assemblée rompt avec les forces de l'opposition et rallie le dialogue de la Cité de l'Union Africaine. 

25 Août 2016 | Par Yvon Muya 


 


POLITIQUE

Burundi : l'ONU autorise le déploiement d'une force policière

29 juillet 2016 | Par Yvon Muya

Les manifestants marchant contre le 3e mandat du président Pierre Nkurunzinza à Bujumbura lors de la crise de 2015Les manifestants marchant contre le 3e mandat du président Pierre Nkurunzinza à Bujumbura lors de la crise de 2015

Enfin une force onusienne. Le conseil de sécurité des Nations-unies a voté vendredi l'autorisation d'une force de 228 policiers au Burundi. Une résolution obtenue à l'initiative de la France dans le but de mettre fin aux violences qui déchirent ce pays depuis plusieurs mois.

Les 228 seront déployés partout dans le pays. « Ils seront les yeux et les oreilles de la communauté internationale», se sont réjoui les diplomates. Alors qu'obtenir ce vote n'a pas été chose simple. La France a déployé ses efforts pour arracher le vote de la Russie et de la Chine, toujours retissant à des opérations touchant à la souveraineté des États membres.

Certains pays comme l’Egypte, l’Angola et le Venezuela se sont abstenus. Le Burundi a plongé dans la violence pendant la période électorale en 2015. Le 3e mandat contesté du chef de l'État a provoqué la violence et fait craindre la guerre civile. Plusieurs rapports ont surtout noté le risque de génocide dans ce pays qui est sortie d'un terrible conflit il y a dix ans. Depuis un an, toute tentative de déploiement des forces de maintien de la paix s'était heurtée au refus des autorités burundaises

Partager via

Lire également