Par Siméon Isako

L’appel émane du professeur André Mbata.
Ce constitutionnaliste congolais soutient que « rejeter l’invitation d’un Président de la République élu et légitime pour parler de la Nation serait un acte de haute trahison de la part des parlementaires congolais, surtout des Députés nationaux. »

Aux dires de ce Professeur des Universités, « il est un privilège et un honneur exceptionnels que les Députés nationaux ne partagent qu’avec une seule personne dans le pays, le Président de la République. Eux seuls, le Président de la République et les députés nationaux, représentent la Nation conformément aux articles 69 et 101 de la Constitution et aucune autre personne en dehors d’eux, fut-elle une autorité morale.

André Mbata qui renchérit que « le fait qu’ils aient été présentés aux élections par un parti ou un regroupement politique n’y change absolument rien », insiste sur le faite que « les Députés nationaux n’ont pas d’ordre à recevoir de qui que ce soit. »
Il indique cependant qu’ « ils ne sont redevables qu’envers la Nation et les intérêts de celle-ci prévalent sur les intérêts égoïstes de leurs partis, regroupements politiques ou autorités (im)morales ».

Pour lui, « refuser de se rendre au Palais de la nation et rejeter une invitation pour réfléchir sur l’état et l’avenir de la nation leur lancée par le Président de la République dans un discours à la nation juste pour plaire à quelques individus sans mandat de la Nation et à leur autorité morale serait un acte de haute trahison de la part des femmes et des hommes élus pour représenter cette nation. » Et d’ajouter « l’adhésion à une Union Sacrée pour la nation ne comporte aucun risque de perte du mandat parlementaire. »

Dans son document dont CAS-INFO a pu consulté, André Mbata martelé que « le peuple qui observe ne pardonnera pas aux personnes qu’il aura élues pour représenter la Nation mais qui l’auront trahie en se comportant comme des sujets de quelques individus et en réalité d’un seul, l’autorité morale de leur parti ou regroupement politique ».

Pour finir, il lance un appel aux parlementaires du FCC afin de travailler au bénéfice des congolais et non des privés.

« Les Députés nationaux et les Sénateurs sont ainsi appelés à choisir entre répondre à l’appel pour l’unité de la Nation ou à celui de la resistance pour réaliser son inanition. Leur survie politique dépendra du choix qu’ils feront et qui fera clairement voir au peuple souverain qui est pour la grandeur de la Nation et qui est pour l’inanition de la Nation au profit d’un individu ou groupe d’individus », a-t-il conclu.