Par Siméon Isako

3 jours après la rencontre de Kingakati entre Joseph Kabila et les parlementaires de sa plateforme Politique, les langues se délient au sein de cette structure pour évoquer la question de plusieurs absences enregistrées lors de cette rencontre.

Convoquée pour un objectif de réarmement moral et orientation à suivre pendant cette période de crise politique en RDC, la réunion n’a pas enregistré seulement la présence des cardinaux fidèles de Kabila mais elle a aussi connue la participation de certains députés et sénateurs qualifiés de « vautours et traîtres ».

Si certains ont répondu précipitamment et physiquement à l’appel de l’autorité morale, les autres ont dit non et ont brillé par leur absence volontaire et délibérée.

« Je peux vous dire que 130 députés et plusieurs sénateurs étaient absents de cette rencontre. Moi même je n’y étais pas. On a avancé des raisons pour justifier notre indisponibilité à l’heure de la réunion. On l’a fait expressement. Au sein du Fcc il y a un malaise, on doit être francs. « , a confié à CAS-INFO ce week-end, un sénateur PPRD qui a requis l’anonymat.

« A titre
illustratif, je peux citer les députés et sénateurs du CNC de Pius Mwabilu, certains de l’AFDC, de l’espace du Grand Kasaï et du Grand Katanga », a renchéri la même source.

A ses côtés, était assis un député du même parti, le PPRD de Kabila, celui-ci est de la même province que le chef de l’État Félix Tshisekedi. Il se dit victime de la discrimination et tribalisme au sein du FCC, il dessaprouve l’initiative de Kingakati.

« Notre absence à cette réunion est un signal pour dire au président honoraire que nous sommes contre ce qui se fait. Nous gérons en coalition, nous sommes obligés de gérer le pays pour le bonheur de la populations congolaise et de ne pas toujours chercher de contraindre et de freindre la bonne
marche des institutions », lâche ce député sous le coup d’une déception.

« On ne sert pas deux maitres à la fois, nous avons cinq ans de gestion qui s’égraine déjà. Ce n’est pas seulement le CACH qui va rendre compte de sa gestion à la population en 2023. Le FCC qui a la part de lion dans ce gouvernement ne saura plus convaincre le peuple congolais que l’échec appartient au CACH. Nous sommes trop présents dans la gestion de ce pays », ajoute t-il.

Pour certains analysistes, ce refus poli de certains députés et sénateurs de répondre à l’invitation de Kabila, « est un début de rébellion qui ne profitera pas aux acteurs ».
De son côté, la dynamique le changement c’est maintenant, (DCM), de Maître Bazin Mpembe, estime que « Kabila doit par ces absences comprendre que beaucoup de ses hommes sont fatigués de son mauvais plan pour la RDC et son égoïsme de vouloir mieux vivre seul alors que les congolais continuent à croupir dans la misère ».