Par Siméon Isako

Dans une conférence de presse organisée jeudi 08 octobre à Goma, le chef de l’État a évoqué la question ayant trait à l’appui du gouvernement congolais aux médias nationaux.

Selon lui, la presse doit apprendre à se s’autosuffir d’elle même.

Le président qui a refusé toute idée d’appuyer la presse au risque qu’elle s’adapte à chaque régime politique, est plutôt favorable au système des crédits pour permettre aux organes de presse de s’organiser.

« C’est un grand débat, je suis plus tôt partisan pour offrir des possibilités à la presse comme l’accès au crédit pour qu’elle s’organise elle-même. Si l’Etat-régulateur commence à l’appuyer, la presse va s’adapter au fil des conjonctures en fonction de ceux qui arrivent au pouvoir. Je ne suis pas très partisan de ce principe, mais je suis pour que la presse soit en pleine possession de ses moyens pour se développer », a dit Felix Tshisekedi

D’après le chef de l’État, le gouvernement peut aider la presse en organisant des forums ou des séminaires avec d’autres médias du monde pour la mise à niveau.

« Je suis pour les débats sur le sens même des médias. Aujourd’hui, n’importe qui se dit de la presse. Il suffit qu’il ait un téléphone portable et il se met à pérorer, à taper sur tout ce qui bouge. On ne tient plus compte de l’éthique ou de la déontologie. Ça devient du n’importe quoi. C’est plutôt ça que moi je vais vous aider à faire au lieu de vous apporter un poisson, je vais apprendre à pêcher, a décrié le chef de l’État qui en appelle au sens élevé de respect des lois en la matière.