Par Siméon Isako

La situation d’insécurité et du désordre qui sevit dans le Haut-Katanga plus précisément à Lubumbashi et Kasumbalesa préoccupe plusieurs personnalités du pays.

Dans une déclaration faite ce lundi via son compte Twitter, Francine Muyumba, sénatrice originaire de cette province, a exprimé son inquiétude face à la situation de « phénomène Bilanga » instauré par l’Udps à Kasumbalesa mais aussi l’insécurité qui prévaut dans cette partie du pays.

« La situation à Lubumbashi et Kasumbalesa ne peut perdurer. J’en appelle aux autorités nationales et locales pour des actes forts afin de faire régner la loi. Le pire peut être évité. Que chacun prenne ses responsabilités.
L’Etat de droit n’est pas synonyme à un parti unique« , a déclaré cette élue du FCC.

Intervenant sur la RTNC le samedi 22 août, Augustin Kabuya secrétaire général de l’UDPS avait fixé l’opinion sur les désordres qui sévissent à la frontière de Kasumbalesa.

« Je ne reconnais pas Monsieur Tshisuaka comme Président de l’udps Kasumbalesa. Il n’a aucun document, signé par une autorité de l’udps qui lui donne ce pouvoir là » avait indiqué Kabuya.

A l’occasion, Augustin Kabuya n’avait pas manqué de lancer un appel à tous les partisans du parti qu’il dirige.

Les autorités provinciales, les organisations non gouvernementales du Haut-Katanga, se plaignent du trafic d’influence dont font usage les militants de l’Udps « Bilanga » qui jouissent jouissant des privilèges et d’autorité sur la gestion du poste frontalier et occasionnant ainsi le coulage des recettes publiques.