Par CAS-INFO

Les désordres constatés ces derniers jours à Kasumbalesa dans le Haut-Katangaet le dossier de la « milice » de Kingabwa à Kinshasa étaient traités au conseil des ministres de vendredi 28 août.

Dans le compte rendu de la réunion, le ministre d’Etat, ministre de la communication et médias a signalé qu’il s’observe depuis quelques jours, « un phénomène inhabituel qui met en exergue quelques individus qui, sous couvert de leur appartenance réelle et supposée à tel ou tel parti de l’actuelle coalition au pouvoir, s’adonnent à des activités illégales dans certaines villes notamment Bukavu, Lubumbashi, Kasumbalesa, Kinshasa et Matadi ».

Mis au courant de la situation, Félix Tshisekedi a instruit le ministre de l’intérieur de prendre toutes les dispositions pour mettre « ces inciviques hors état de nuire ».
Il a aussi « recommandé fermement aux dirigeants de ces partis politiques de mieux tenir leurs militants ».

D’après le porte parole du gouvernement, le chef de l’État a « insisté sur la nécessité d’appliquer la loi dans toute sa rigueur et pour tous ».
A kinshasa, dans la commune de Limeté à Kingabwa, la police a arrêté le jeudi dernier 23 personnes qui étaient en formation « prétendue de la garde Républicaine ».
Par contre à Kasumbalesa dans le haut-katanga, plusieurs militants de l’Udps s’étaient érigés en service de l’État pour recevoir les taxes de la douane lors de l’entrée des marchandises.