Par Siméon Isako

« L’insécurité maintenant bat son plein dans l’Est du pays. La situation s’est aggravée depuis que Joseph Kabila a quitté le pouvoir mais ça ne semble pas intéresser l’autre partenaire à la coalition », a dénoncé Néhémie Mwilanya, coordonnateur national du FCC à l’issue de la marche de soutien aux institutions organisée jeudi 23 juillet à Kinshasa.

Selon lui, depuis que leur partenaire [CACH] est au pouvoir, les groupes armés étrangers, 7 au total, sont présents sur le territoire national alors que le FCC de Kabila a plusieurs fois alerté sur cette situation sans que cela ne puisse préoccuper son partenaire au sein de la coalition.

Par ailleurs, Mwilanya a invité leur partenaire à réfléchir tous ensemble pour résoudre cette situation, au cas contraire, le Fcc se prendra en charge.

« Nous voulons mettre ces questions sur la table. Si nous constatons que ça n’intéresse plus la coalition, nous allons en tirer les conséquences », conclut le député national Néhémie Mwilanya, élu de Fizi dans le Sud-Kivu.

D’après le gouvernement congolais, quelques nouvelles incursions des armées étrangères sur le territoire national sont à signaler.
Parmi ces armées étrangères, figure des troupes de l’armée du Soudan du Sud dans le territoire d’Aru en province du Haut-Uéle.