Par Siméon Isako

La délégation d’anciens chefs de guerre de l’Ituri dont Floribert Ndjabu, le général Germain Katanga et le colonel Matthieu Ngudjolo dépêchée de kinshasya par le chef de l’État pour négocier avec les miliciens CODECO continue à enregistrer sa série de succès.

La semaine dernière, elle a réussi à faire accepter le processus de paix aux miliciens des bastions de Allah et Katanga dans le territoire de Djugu.

« Les miliciens nous ont rejoints avec leur cahier de charge et se disent prêts à regagner le site de pré cantonnement pour la paix. Le 26 juillet, un groupe de 88 combattants en provenance de Katanga munis également de 15 armes AK47 et des armes blanches ont exprimé leur détermination à faire la paix. En réalité, nous sommes en train d’enregistrer des cas chaque jour » a déclaré Pitsou Iribi, porte-parole de la délégation venue de Kinshasa qui insiste sur le fait que ces miliciens ne devraient pas manquer un endroit d’accueil en vue de ne pas impacter négativement sur le processus de pacification.

« Nous sommes maintenant devant des difficultés qui risquent d’impacter négativement sur notre mission. Il n’y a pas des structures d’accueil ici. Les miliciens montrent leur volonté d’être pré cantonnés, mais nous manquons où les mettre. Vous savez qu’il y a des critères pour le choix des sites de pré cantonnement et les services habiletés. La prise en charge de ces miliciens pose aussi un problème. C’est parmi les défis de la fois passée et nous ne voulons pas y revenir », a renchérit le porte-parole Iribi qui dit attendre une solution de la haute hiérarchie.

Les violences dans les territoires de Djugu, Mahagi et Irumu sont à la base de la crise humanitaire sans précédent que traverse la province de l’Ituri.