Par Siméon Isako

Le président de la cour des comptes a reçu ce 30 juillet en audience Hervé Diakese, membre du comité Laïc de coordination.
Ils ont échangé sur la possibilité d’auditer financièrement la CENI avant l’installation de nouveaux membres du bureau de cet organe d’appui à la démocratie.

Selon Hervé Diakese, cet audit aidera à permettre la transparence dans la gestion du trésor public.

« La cour des comptes était déjà saisie de la situation de la Ceni. Pour se faire elle n’avait pas besoin d’avoir physiquement le rapport de la CENI. Avec ou sans rapport de la CENI, la cour des comptes a dans sa programmation à la fin notamment de chaque exercice et surtout à la fin des opérations de la CENI qui est fin mandat la prérogative d’exercer son audite et de ce fait, la plupart d’éléments dont elle a besoin sont déjà à sa possession puisqu’il s’agit globalement des fonds du trésor, des fonds du budget de l’État et tous ces fonds sont traçables », a déclaré maître Hervé Diakese.

Selon lui, la cour des comptes auditera financièrement la CENI avant la mise en place du bureau qui remplacera celui de Nangaa.

« Le président nous a rassuré que n’eut été la pandémie liée à la Covid-19, dans leur programmation d’activités annuelle, la cour des comptes avait déjà prévu une déscente à la Ceni pour procéder maintenant au contrôle d’effectifs des comptes et que cette question demeure à l’ordre du jour sans préjuger réellement sur le calendrier , il ressort de ces entretiens que le mois d’août sera le mois le plus idéal pour lequel la cour de comptes entend justement auditer les comptes de la Ceni », a déclaré Diakese.

Selon lui, la balle est donc lancée à cette juridiction indépendante qui a pour mission de contrôler la gestion des finances publiques.