Par Siméon Isako

Le Comité laïc de coordination s’est invité au débat au sujet de la désignation du remplaçant de Corneille Nangaa à la tête de la commission électorale nationale indépendante.

Dans un communiqué publié mercredi dans la soirée, la structure dirigée par le professeur Isidore Ndaywel informe l’opinion tant nationale qu’internationale mais aussi l’Assemblée Nationale de sa volonté de s’opposer à la désignation d’ « un pion de Nangaa » à la tête de l’organe organisateur des élections.

« Le Peuple congolais n’acceptera jamais un membre de l’équipe Nangaa à la tête de la CENI », écrit le CLC qui relève que cette équipe fait objet des sanctions internationales et n’est pas auditée à l’issue des élections de 2018.

« L’équipe Nangaa dont l’inféodation et l’absence incontestable de neutralité a été décriée tout au long de ce qui a tenu lieu d’élections, n’a pas encore été entendue dans son rapport d’activités et de gestion des ressources énormes qui avaient été mises à sa disposition, et fait l’objet des sanctions au niveau international », a décrié le comité laïc de Coordination.

Le CLC annonce qu’il « se mobilisera en conséquence, pour faire barrage à cette initative néfaste qui jette déjà un lourd discrédit sur les échéances électorales à venir ».

Les confessions religieuses congolaises ne se sont pas accordées mercredi sur la désignation du remplaçant de Corneille Nangaa.