Par CAS-INFO

Les organisations de la société civile du Haut Katanga et de la province du Lualaba sont préoccupées et elles le font savoir. Dans une correspondance adressée aux entreprises minières, et dont CAS-INFO a reçu copie, elles font part de leur inquiétude à propos des mesures prises pour empêcher la propagation de la Covid-19. Elles pourraient selon ces ONG avoir un impact négatif sur les droits des travailleurs.

«Nous pensons que certaines des mesures prises à ce jour telles que le lock down d’une mine avec les travailleurs confinés sur le site, ainsi que l’absence de mesures de protection dans d’autres sites miniers soulèvent d’importantes préoccupations pour la protection, la santé et la sécurité des travailleurs durant cette période», écrit une dizaine d’ONG.

Les travailleurs congolais plus exposés

Tout en reconnaissant le bien fondé des initiatives mis en place pour freiner la pandémie, la société civile de deux provinces insiste sur le fair que le « bien-être des travailleurs soit primordial ».

«Nous attirons l’attention sur les travailleurs congolais en particulier car ils représentent la majeure partie de votre main d’œuvre et sont susceptible d’être les plus négativement touchés», prévient la lettre.

Les derniers rapports sur les conditions de confinement dans certains sites décrivent une « image troublante» selon toujours les organisations de la société civile. Manque de nourriture, d’eau potable, d’hébergement adéquat et dans certains, des sites qui ne disposeraient même pas de toilette.

Face à ce tableau sombre, la société civile a formulé quelques recommandations en demandant aux entreprises minières d’honorer leurs contrats aussi bien avec leur fournisseurs qu’avec les sous-traitants, d’éviter des licenciement de licenciements majeurs et de retenir le plus d’employés possibles ou encore d’accorder des congés payés aux travailleurs qui deviennent malade ou soupçonnés d’être atteint de la Covid-19.