Par Siméon Isako

Alors qu’il faut remplacer l’actuel président de la commission électorale nationale indépendante arrivé fin mandat, les confessions religieuses qui sont à la charge peinent à trouver un compris dessus.

Le secrétaire général de la CENCO, l’a déclaré ce mercredi 10 juin au cours d’un point de presse tenu à Kinshasa.

Abbé Donatien N’shole fait savoir que les confessions religieuses n’ont pas pu dégager un consensus sur une personnalité professionnelle, pétrie des valeurs, d’éthique et d’indépendance vis-à-vis des acteurs politiques ».

« compte tenu de l’intransigeance des uns et des autres, et des rumeurs persistantes de la corruption, aussi par souci de privilégier une solution consensuelle, le président de séance a jugé bon de ne pas procéder au vote qui reste le dernier recours conforme à la charte des confessions religieuses » peut-on lire dans la déclaration commune.

« c’est bloqué parce qu’on est pas arrivé à un consensus. On avait trois candidats. Il ne suffisait pas seulement de prendre un parmi eux, mais prendre le bon. Chacun prétend que le sien est le meilleur » a ajouté Donatien N’shole.

Réunis le lundi 8 et le mardi 9 juin, sur demande de la présidente de l’Assemblée nationale, Jeanine Mabunda, pour désigner le remplaçant de Nangaa, les responsables des confessions religieuses espèrent s’accorder dans les jours avenirs pour trouver une personne qui mettra d’accord toutes les tendances.