Par Siméon Isako

Le conseil d’État entamera ce mercredi l’examen de la plainte de Jean Marc Kabund contre la présidente de l’Assemblée nationale. Le président intérimaire de l’UDPS dénonce sa destitution fin avril de son poste de 1er vice-président de la chambre basse du Parlement.

L’audience en matière de « référé – liberté » s’ouvre deux jours avant l’élection du successeur de Jean Marc Kabund et devra mettre fin à la confusion au sein du parti.

En saisissant le conseil d’État, Jean Marc Kabund, cherche à obtenir la suspension de la procédure du vote de son remplaçant en attendant que la Cour constitutionnelle se prononce sur le dossier. Une mission qui semble compliquée après l’intervention du Chef de l’État.

Après avoir réuni quelques responsables de l’UDPS sauf Kabund lui-même, Félix Tshisekedi a choisi la députée Patricia Nseya comme candidate « unique » pour le poste de 1er vice-président. Un choix finalement soutenu par le secrétaire général de l’UDPS Augustin Kabuya contribuant à isoler un peu plus Jean Marc Kabund.