Par Jonsard Mikanda

L’option a été levée ce vendredi 19 juin, à l’issue de la conférence des présidents de cette aile de l’AFDC-A.

l’Alliance des forces démocratiques du Congo et Alliés, dirigée par Modeste Bahati Lukwebo ne compte pas baisser les bras, malgré l’arrêt rendu par la cour constitutionnelle en leur défaveur.

La conférence des présidents de  l’AFDC-A que guide Bahati Lukwebo regrette le fait que la cour constitutionnelle confie la supervision du groupe parlementaire AFDC-A aux députés nationaux « dissidents et non reconnus dans les textes légaux du regroupement ».

Dans ce communiqué signé par Rémy Musungayi, rapporteur général du regroupement fidel à Bahati, promet de saisir les instances judiciaires Internationales pour recouvrir ses droits.

« La conférence des présidents du regroupement politique AFDC-A qui fait face à un déni de justice, continue à faire confiance en la justice de notre pays et va saisir les juridictions nationales et internationales compétentes en vue du recouvrement définitif de ses droits », déclare Rémy Musungayi, rapporteur général du regroupement.

La conférence des présidents a aussi dénoncé « l’interprétation erronée, la manipulation et l’auto-satisfaction des dissidents qui tordent la vérité dans les médias et les réseaux sociaux pourtant la cour constitutionnelle n’a pas statué le fond du dossier de l’AFDC-A ».

Cependant, ce regroupement politique dit s’en tenir au strict respect de la constitution, des lois et textes réglementaires, ainsi qu’au protocole d’accord du 17 Mars 2018, portant création dudit regroupement.