Par Siméon Isako

Il n’a pas tardé. Jean Jacques Mamba a répondu quelques heures après l’annonce de la plainte contre lui. Le député national de l’UNC Simon Mpiana l’accuse de faux et usage de faux en écriture dans le dossier Jean Marc Kabund.

« Je confirme ici que mon collègue a signé lui-même en présence d’autres collègues qui peuvent témoigner », a déclaré Jean Jacques Mamba sur Twitter.

D’après lui, l’action menée poursuivra son cours malgré le volte-face de Mpiana. « Nos politiques doivent apprendre à s’assumer. Nous ne faiblirons pas  » a-t-il lancé.

« Le règlement intérieur ne permet aucun retrait [de signature]. Donc avec 12 signatures de sur plus pourquoi tricher sur 1 et surtout celle du CACH ? », s‘est-il indigné.

Dans un second tweet, Jean-Jacques Mamba même laissé entendre que son accusateur faisait l’objet de pression de la part de son groupe parlementaire. « Nous demandons qu’il soit protégé », a-t-il ironisé.

Jean Marc Kabund à qui la présidente de l’Assemblée nationale a transmis copie de la pétition, est accusé de n’avoir pas fourni des explications sur ses propos en rapport avec les 7 millions USD que coûterait l’organisation d’un congrès au parlement.