Par CAS-INFO

De folles rumeurs n’ont pas tardé à embraser la ville de Kinshasa et les réseaux sociaux. À l’origine, la série, qui commence à faire un peu trop, selon certains, de décès des hauts fonctionnaires, à la présidence de la république.

Dans ce contexte, comme il fallait s’en douter, tous les bruits sont possibles y compris les plus incroyables. C’est la réalité que vient d’expérimenter l’assistant personnel du Chef de l’État. Michée Mulumba a été indexé dimanche par des propos pour le moins rocambolesques sur Facebook.

«Je dénonce avec énergie ces allégations, fruits d’un acharnement contre ma personne. Je peux vous rassurer que l’auteur de cette affirmation sur Facebook, me citant, n’a jamais été en contact avec moi.», a formellement démenti le principal confident de Félix Tshisekedi tout défiant son accusateur d’apporter les preuves des graves propos qu’il lui a attribués.

Dans son post, largement partagé sur Facebook, un nommé Lukson, avait, sans ambages, attribué à Michée Mulumba, une alerte, destinée à ses collègues, selon laquelle, des «empoisonnements» circuleraient dans la cour présidentielle. Une rumeur de mauvais goût donc balayée par l’intéressé.

La présidence congolaise est en effet endeuillée après avoir perdu quatre de ses hauts fonctionnaires en l’espace de deux jours. Un directeur adjoint de communication et des conseillers, décédés, pour certains, du coronavirus, selon les informations partagées jusque-là.